Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

VOUS AVEZ DIT EVEIL ?

Bouddha

  ...

 

Le témoignage qui va suivre part d’une volonté de transmettre un vécu d’expériences spirituelles qui peuvent servir d’éclairage aux explorateurs de la conscience, entre autre pratiquants du corps de lumière et autres aventuriers du divin. Si ce n’est de remplir cet ambitieux objectif, tout du moins en est-il de rendre hommage une fois de plus à l’Esprit, dont le vent souffle, a soufflé et soufflera encore et toujours.

UN SINGULIER VOYAGE

Ce 2 Avril 2005, vers 14h, j’étais dans le train de retour de Chalons en Champagne. Lors de cette journée j’étais psychologiquement pas bien, repassant en revue des situations et évaluant selon mes propres critères d’idéalisations et de jugements leurs importances, leurs valeurs, leurs caractères divins ou non…ce que je devais faire comme choix dans ma vie au vue de ces situations, reprendre des études ou pas, etc. Tout un fatra intérieur duquel je n’arrivais pas à m’extirper. Je ne me sentais pas de résoudre tout ça avec les savoirs faire du corps de lumière, alors je me suis recueilli intérieurement plongeant en moi-même au centre avec l’intention de m’ouvrir vers le haut en aspirant très fort au contact de Sri Aurobindo pour m’aider dans ce mal-être. Une aspiration intense à partir du centre de mon être et vers le haut avec l’intention d’un contact avec Sri Aurobindo. Immédiatement je reçu une phrase en moi « Dieu est partout, God is Everywhere » ce qui produisit simultanément la perception de percevoir l’absolu sous-jacent au monde. Autrement dit la perception et l’identification à la source essentielle de tout ce qui est, de Dieu partout. Pas le concept Dieu, mais cette perception de Dieu en tout et partout, que tout ce qui Est, Est ce qui est, et que tout se déroule comme une grande pièce de théâtre sur un fond de réalité essentielle et permanente et inébranlable, et que peut importe ce qui s’y déroule : ni moi dans cette perception , ni cette réalité essentielle ne sont affectés, plus de préférences ni d’aversions, tous les conflits intérieurs résolus, rien n’est pas moins ni plus divin qu’autre chose, le cœur est comblé. Rien de spectaculaire ni extraordinaire, mais comme si se dévoilait l’évidence. La perception s’est maintenue le reste de la journée, le lendemain s’était estompée mais je pouvais y revenir quand je le voulais puis a plus ou moins disparue, disons que c’était en demi-teinte , émoussée mais présent avec aussi présents les mélis-mélos psychologiques, comme si les causes de la non permanence de cet état dépendaient de la nécessité de purifier la conscience et d’élaguer les paquets psychologiques, et surtout la peur de ne plus être dans cette perception qui fait que le mental se l’approprie pour la maintenir, et du coup la fige par conceptualisation, peut-être y a- t-il d’autres causes et comment les résoudre ?

Cette expérience douce et évidente s’est déroulée avec sensation douce et chaleureuse au niveau du cœur et larmes de reconnaissance tellement c’était évident, les conflits intérieurs instantanément résolus n’ayant plus aucun sens ni pouvoir dans cette perception. Le monde tel un grand théâtre de vie bruyante et agitée sur fond d’immuabilité cosmique n’ayant rien à faire que cela soit ainsi ou autrement, état identifié à cette aspect du divin dans son immuabilité, j’en avais rien à faire de situations qui auraient pu me déranger auparavant, tout cela aurait pu être autrement ou ne pas être, Dieu s’en fou éperdument, tout du moins cet aspect du divin immuable et inébranlable. Dieu n'est pas ce que l'on croît. La morale et les valeurs, le bien le mal, la personnalité et ses défauts ou qualités, le Divin dans sa qualité d'immuabilité cosmique, immobile et transcendant n'en à rien à faire, ni les rites et assiduités de pratiques spirituelles, c'est une question d'être soi-même face à soi-même et d'intensité d'appel au Suprême. Je voyais les gens dans le train qui roulait à vive allure et j'étais plongé dans cet état, c'était plutôt incongrue et beau en même temps, pas besoin de temples, de rites etc.
Cela confirme la parole de Sri Aurobindo, que le monde est le lieu de la quête spirituelle, le monde entier, où que l'on soit.
TOUT EST POSSIBLE.
EVERYTHING'S POSSIBLE.

COMMENTAIRE ET DÉTAILS
Dans mon expérience je suis intérieurement tout patraque, psychologiquement embrouillé, pensées dévalorisantes, jugements de valeurs sur ce qui est divin et ne l’est pas, les choix que je juge être en adéquation avec le divin, ce qui est divin et que je dois faire, ce qui n’est pas divin et que je ne dois pas faire etc. Un désarroi total devant ma vie qui m’accapare dans un profond mal être et une déprime sombre. Je décide alors d’invoquer l’aide qui m’apparaît la plus précieuse et la plus puissante, à savoir Srî Aurobindo. Je suis de toute façon dans cet état incapable d’aucune technique d’amélioration de mon état intérieur tel que l’activation du corps de lumière par exemple. Je déploie alors une aspiration intense pour établir ce contact avec ce que je me représente de plus élevé et en confiance, j’invoque très fortement Srî Aurobindo, d’une intense aspiration à la mesure de mon désarroi. Pour établir ce contact, dans l’élan rapide de mon aspiration je me centre au plus profond de moi-même à l’intérieur, étant très intériorisé mon aspiration s’ouvre vers le haut de mon être où je perçois le centre circulaire du corps de lumière au-dessus de la tête que j’observe avec l’intention forte de contacter Srî Aurobindo. Alors instantanément je perçois les paroles intérieures « Dieu est partout, God is everywhere ». Cela me transmet en même temps l’expérience véhiculée par cette phrase, mon cœur s’ouvre et s’épanouit, je perçois Dieu, l’essentiel de ce que je perçois, la réalité qui soutien tout et partout, j’émerge dans un vaste espace lumineux immense et inébranlable, plus réel que le monde physique ; mes conflits intérieurs s’évanouissent, mes jugements et pensées n’ont plus aucun sens. Tout ce théâtre du monde, des hommes et de la terre paraît infime et illusoire, vide et incohérent au sein de ce Tout transcendant qui soutient tout ce théâtre dont aucune parcelle n’en est absent. J’ai des larmes de Joie Suprême et de Compassion pour les gens que je vois autour de moi qui ne connaissent pas Cela.
Je suis dans cette perception une grande partie de la journée, les bruits ne me perturbent pas, les préférences ou aversions n’ont aucune importance. Parfois la perception n’est plus là mais j’arrive à y revenir quand je le veux. Puis après la nuit de sommeil cela s’estompe petit à petit, ce qui me déconcerte.
Les jours suivants c’est entre deux eaux, sentant cette perception pas loin mais n’y étant plus. Le monde reprend sa place habituelle et en moi s’élève l’envie de résoudre cet abîme entre la perception Totale, Essentielle et l’illusion du théâtre de la vie terrestre au sein de cette perception de l’Absolu. Cette expérience me rend consistant et stable dans l’aspiration au divin (tout du moins à cet aspect du divin). Les jours d’après je médite dans l’espace du corps de lumière et je lance des mantras que je sens selon les énergies que j’observe et suis avec mon attention et l’aspiration qui en découle pour appeler et projeter un mantra dans ma conscience. Je contacte l’énergie et la lumière subjacentes aux mantras, cela m’aide pour certaines difficultés intérieures, les mantras sont consistants, corporels, et font descendre en moi l’énergie de la qualité correspondante ou la lumière de la qualité divine qu’ils véhiculent : le mantra « Shiva », une lumière intense, blanche, qui s’ouvre au dessus de moi et descend en bas, stabilisant et apaisant les énergies du vital.
« Krisna » : la danse du mouvement de la vie, quel qu’il soit. Krisna is everywhere, feel it !
Dans le cocon du Corps de Lumière je connecte des fréquences, des flux d’énergies, et exprime mentalement les mantras inspirés intuitivement, je ne fais que suivre alors l'énergie du mantra dans le cocon et le ressentir dans le corps physique, alterner les mantras, observer les interactions, les effets et sensations sur le champ d'énergie et de conscience. A la prononciation intérieure des mantras je vois dans mon corps de lumière les énergies lumineuses se répandre et onduler dans le cocon du Corps de lumière. C’est clair, intense et fascinant !

Une définition personnelle du mantra : Son ou mot soutenant dans sa forme et sa prononciation l’accès à l’énergie qu’il véhicule. Remarque : pour le japa, prononcer intérieurement le mantra comme si vous le criez à l’univers, le prononcer intérieurement avec générosité et amplitude. Ainsi le japa se fait sans effort car il s’exprime au sein de notre conscience avec plénitude.

Ces journées qui passent je maintiens cette aspiration en moi et par exemple me ressource d’instant en instant en m’ouvrant aux énergies rendues accessibles par le mantra « Brahmâ » répété intérieurement (japa) au volant de ma voiture pendant de longues journées de conduites sur les routes à travers plusieurs départements. Absence totale de fatigue et fluidité d’organisation à prospecter des lieux géographiques. Ensuite il y a l’effet psychologique apporté et imprégné par cette perception évidente de la Réalité Immuable, de l’Absolu : une sorte de conviction intérieure, de sûreté dans la progression spirituelle, le sentiment de devenir un fil conducteur, une ligne tracée vers mon évolution et mes aspirations. L’ouverture vers La Possibilité. L’intensification de l’aspiration : méditation, aspiration en action, recherches énergétiques, lectures de textes antiques de l’Inde pour aiguiser ma connaissance et entrer en contact avec l’énergie de leur transmission immémoriale. Avez-vous tenté de lire un livre tel que Savitri en perception énergétique uniquement ? C’est délicieux. On y comprend rien mentalement et on ne voit aucun mots ni concepts mais des flux de lumière que l’attention parcours rapidement sans avoir à ouvrir le livre.

Un mois après depuis cette attention modifiée du 2 Avril je constatais deux faits, même si je n’étais plus du tout dans cette perception, bien que le souvenir m’en réjouissais :
-Une sorte de ferveur et de certitude intérieure à accéder à des buts spirituels et matériels, disons que je sens que j’en ai les possibilités et que rien n’est impossible en explorant la recherche de cet état et en appuyant mon déterminisme sur cette perception.
-Une compassion qui se manifestait lorsque je voyais toute cette réalité et ces êtres humains au sein du Cela que je vivais et m’enlevait tout désarroi. Du genre "Je sais et Eux ne savent pas, mon cœur est tout attendri et compréhensif, puissent-ils eux aussi Le connaître". Il y a aussi parfois une sorte d’assurance tout feu tout flamme plutôt déconcertante.

Quelques mois s’écoulent…
Par la suite, au cours des mois suivants, en me rebranchant sur Srî Aurobindo, son énergie me catapultait directement sur cet aspect du Brahman, me montrant par là que je pouvais et devais directement contacter la Source, le Divin lui-même dans son immuabilité et immobilité. Parfois je sens une force irrésistible à méditer et un jour en m’y subordonnant, l’énergie de Srî Aurobindo passe jusqu’à travers mes pieds, s’incarnant en terre ou se transmettant dans le corps de quelqu’un s’il me touche. Un jour forte intensité de l’aspiration à Savitri et descente de ses énergies dans mon aura qui se déversent sur le plan terrestre quoique que je fasse. Tel est le but de l’action me semble-t-il, être le vecteur d’énergies divines dans la moindre de nos actions quotidiennes aussi petites et insignifiantes soient-elles. C'est l'essence du Karma Yoga.
Une nuit j'ai rêvé et ressentais cet état d’éveil au cœur du rêve. Je m’éveillais dans le rêve.

Les années passent…
-Je ne baigne pas dans cet état en permanence mais c'est plus facile à contacter si je m'y concentre ou si je m'en rappelle comme cette fois où j'étais assis sur un banc en ville et j'ai pensé au divin, immédiatement je l'ai perçu en tout et partout soutenant et aussi animant ce monde ; pas une goutte, pas une particule de ce monde n'est pas Lui, et tout ce meut en Lui. Une grande confiance se dégage.
-Suite au 2 Avril 2005 j'utilise les mots déclencheurs « Dieu est partout, God is everywhere »; cela me connecte par moment au changement radical de perception mais un bref instant.
-Ce changement de perception du 2 avril me taraude mais outre le fait de m'en souvenir je m'y replonge intentionnellement comme une fois après une médite dans le centre supérieur du corps de lumière; c'est resté une demi-journée, j'étais content. Ancrage dans l'Absolu, le Brahman, efficace avec le centre supérieur du corps de lumière.

Se souvenir de Lui est une clef pour y revenir car le rythme de la vie quotidienne nous fait quitter l’attention de cette perception, de cette Réalité qui ne nous quitte que de notre propre faite.

Une qualité qui découle de cette expérience c’est une qualité plus attentive aux êtres et à la vie, une compassion envers eux, une douceur à leur égard lorsque je prends conscience simultanément de cette Réalité qui sous-tend tout et tous les brouillages propres à nous même qui nous coupent de cette perception.
Parfois si je pense à un de mes guides et veux bien demander à l'un d'eux d'être mon intercesseur il le fait. Je méditais courant 2007 et portais mon attention sur lui en lui demandant de m’aider à contacter l'Absolu, hop, il servait d'intercesseur et son énergie envoyait la mienne sur le Brahman inactif et lumineux que je contactais simplement.
Pas de façon puissante mais suffisamment pour le ressentir et être dans ce qui perçoit.


DÉMYSTIFICATION
Comment une telle évidence, «l’Évidence», échappe-t-elle à la majorité des êtres humains et est si laborieusement accessible aux chercheurs spirituels en quête d’éveil et de libération promis par les textes et les témoignages « d’éveillés » ? Toutes ces sources écrites de spiritualités diverses et religions avec leurs éveillés décrétés conformes et officiels -les gurus auto décrétés- ou décrétés comme autorités incontournables en la matière, éveillés anciens, modernes ou contemporains, tous avec leurs préceptes, leurs descriptions emphasées et métaphoriques, leurs expériences devenues croyances et concepts parfois, leurs méthodes et leurs techniques qui induisent une complexité et une accessibilité élitiste à l’Absolu, à Dieu, à l’éveil, moralisent sur des valeurs plus que n’inspirent la fluidité avec tout ce qui EST, mystifient plus que ne discernent.
En effet une véritable mystification de l’éveil s’opère chez le chercheur des plus sincère et constitue l’obstacle majeur au glissement dans l’Évidence. S’attaquer à cette mystification fût sûrement le premier pas de déblaiement psychologique me permettant de concevoir l’éveil comme étant plus accessible que je ne le croyais. Les éclairages de textes autour de l’éveil à la lumière des propres investigations et contacts avec des démystificateurs d’éveil furent d’une contribution essentielle pour mon contact avec l’Évidence.
Au retour de cette immersion dans l’Évidence je ne puis que confirmer à la lumière de mon expérience la nécessité de cette investigation et les mythes que mon immersion dans l’Absolu a détrôné.

Quels furent ces mythes dont j’eus conscience après coup ?
-Je ne suis pas éveillé parce que...
C’est sûrement le fondement essentiel de tous les mythes autour de l’éveil ayant pour racine la conception mentale qu’il faut une ou plusieurs conditions pour accéder à l’éveil.
NON l’éveil n’est conditionné par rien d’autre que de s’abstraire de toute condition. L’Absolu, Dieu, le Réel n’est limité par aucune condition, c’est sa particularité essentielle qui en fait une accessibilité pour qui que ce soit, riche ou pauvre, croyant ou non croyant (plutôt non croyant d’ailleurs…), homme d’affaire new-yorkais ou berger d’alpage, pilote de ligne ou éboueur, travailleur exemplaire ou voleur, moine ou scélérat, criminel ou citoyen exemplaire etc.

-Le mythe de l’expérience extraordinaire, fulgurante, d’un changement total de ce que je suis, un retournement énergétique puissant que je ne peux même pas imaginer ou concevoir tellement ce doit être fort…
NON l’éveil est simple, si simple que se révèle l’Evidence…

-Le mythe que si je parviens à l’éveil, si je stabilise cette expérience que je crois être le but et la fin je n’aurai plus à chercher, à être dans la passion de la recherche, de l’exploration…
NON l’éveil n’est pas un but final encore moins une expérience ou un état à atteindre, tout reste à faire, notamment relier le pôle perception Absolu Immuable avec le pôle matière, théâtre illusoire désuet ; le pôle réalité impersonnelle transcendante avec le pôle personnalité incarnée. Le pôle manifestation individuelle, ce que je fais, ce que ma matière est dans ce monde ridicule avec le pôle perception de l’arrière plan inébranlable.

-Le mythe que je dois changer pour être éveillé, pour avoir la permission de recevoir l’éveil et que je fais des pratiques spirituelles en ce sens.
NON, l’éveil n’est pas une question de morale ou de valeur, ni de mérite ou de labeur ; c’est la simple réorganisation des choses intérieures dans leur juste mesure permettant de percevoir alors la perception du Réel. C’est tout au contraire la fin du jugement intérieur de l’ordre des choses intérieures et extérieures. Aucune autorité ne juge et ne tien compte de notre mérite à l’éveil, surtout pas "Dieu".

-L’éveil est un phénomène énergétique qui nécessite l’ apprentissage de perception des énergies, d’exercices d’ouvertures des çakras, de techniques occultes ou spirituelles, de capacités de connexions aux énergies suprêmes etc.NON, l’éveil n’est pas une prouesse énergétique, c’est un réajustement naturel de là où je porte l’attention.

-L’éveil nécessite la disparition de tous les défauts empêchant d’y accéder.
NON, la perception de l’état d’éveil s’en fou des défauts, tout est cette perception absolue, immuable, stable, transcendante. Des pires défauts aux meilleures actions, tout est ce qui Est, partout. La nature de l’action ne conditionne pas l’accès à l’éveil. (Cette simple phrase résume les quelques centaines de vers de la Bhagavad-Gîtâ ). Bien au contraire, la reconnaissance de ce qui est sans jugement de valeurs, sans discrimination de soit disant défauts et autres traits de caractère, facilite l’accès à l’état d’éveil, y compris reconnaître que je ne peux pas accepter de reconnaître et reconnaître ce que je juge ou m’incommode. Être avec ce qui est réduit l’espace de séparation de mon être avec Ce QUI EST (L’Absolue Réalité). Simplement être conscient de ce qui me constitue. Cela empêche de s’extraire de soi-même, cela permet de redescendre à chaque fois d’un cran dans la détente de ce que je suis et de qui je suis dans sa complétude.

-Le mythe qu’il faut se retirer dans des lieux appropriés et y travailler sa recherche intérieure, pour s’éveiller.NON, l’éveil peut se produire n’importe où, dans le wagon d’un train rempli de voyageurs par exemple (comme j’en témoigne), l’essentiel étant l’aspiration intérieure en soi et vers le haut pour ce qui est de ma propre expérience du 2 avril 2005. Pour paraphraser Srî Aurobindo -mon guru racine comme on dénomme dans le bouddhisme celui qui initie à l’immersion dans l’Absolu- « le monde entier est le lieu de l’aspiration ».
Rien n’est plus sacré que tout ce qui est, tout est sacré.

-Le mythe que la vie d'un éveillé est transformée.
NON, pas en apparence. Intérieurement oui du fait d'un changement de perspective, de regard sur la vie mais rien d'extérieur ne paraît pour dire qu'un tel est éveillé. Le lot du quotidien continu et peut même s'amplifier!

-Je soupçonne un autre mythe qui est celui de croire que l’éveil n’est pas stabilisé ou acquis parce que la perception de l’Évidence n’est pas permanente.
En fait je soupçonne encore une erreur du mental figeant l’expérience telle quelle devrait se pérenniser selon notre conception et chercher appui dans la vieille habitude judéo-chrétienne de dévalorisation de soi-même pour s’empêcher de vivre la fluidité de l’expérience et l’investigation perpétuelle possible de cette état pour l’explorer, l’affiner, le développer, l’enrichir, le confronter à des points de vue différents et relever le défi d’accepter la malléabilité de notre être et du changement d’instant en instant de l’énergie de l’univers.

L’éveil est d'une telle évidence et simplicité quand on le réalise que l’on peut se dire que tout ce que nous faisons de pratiques spirituelles pour s’améliorer ne vaut rien, apparaît secondaire voir subsidiaire. En fait l’éveil est Tout et anéanti les conflits intérieurs, dissous les mélis-mélos psychologiques, les revendications et doutes des subpersonnalités. L’essentiel est de développer des stratégies pour reconnaître ce qui Est, que l’on appellera plus spécifiquement « l’éveil ». Ces stratégies sont plutôt à envisager comment être soi-même son propre stratège et créateur des stratégies personnelles au regard de la connaissance de ses fonctionnements personnels, plutôt que d’appliquer des recettes pour conduire à l’éveil.


Suite à toutes ces démystifications, la tentation peut être de se dire qu’il n’y plus rien à faire pour s'immerger dans l’état d’éveil car tout ce que nous faisons ou avons fait de pratiques intérieures paraît désuet, insignifiant face à l’évidence et à la totalité de la perception du Tout partout.
Pour ce qui est de mon expérience, l’apprentissage et le développement d’aptitudes intérieures pouvant canaliser mon aspiration à contacter Srî Aurobindo pour demander son aide m’ont permis de recevoir cette perception « Dieu est partout, God is everywhere ». Plus que des mots, c’est la perception, l’expérience de ce que sous-tendent et ont véhiculé ces mots dans mon être, ma psychologie et mon cœur qui m’a permis de me rendre compte de l’Evidence et d’en pleurer de joie.

Quelques pistes d’exploration personnelle:
-Reconnaître ce qui est et non chercher à être parfait.
-S’immerger dans la conscience de Brahman, « ce qui perçoit », par l’aspiration ou la remémoration.
-Élaguer les obstacles à l’éveil en les contactant et les transformant par les savoir-faire énergétiques du Corps de Lumière ou autres.
-Résoudre la stabilisation de la perception de l’Absolu. En effet pour ce qui est de mon expérience comme on a pu le voir plus haut, rien n’est acquis !
-Déraciner le mythe « je ne le mérite pas ».
-Opérer le lien conscience absolue (impérissable et immuable) et conscience relative (individuelle et personnelle, changeante et mortelle). Le Tout-l’individuel. La conscience-le Cocon- l’âme.
Variantes du lien entre Absolu et Individualité :
-Observer le cocon intégral du corps de lumière de l’extérieur.
-Aller retour Individualité -Conscience qui perçoit- Absolu.

Dieu, Brahman, n’est pas une entité extérieure à soi-même que l’on doit atteindre mais une réalité qui nous appartient.
Rien ne peut nous en séparer ni ne nous en sépare. Aucune condition ne nous est demandée pour le percevoir si ce n’est la condition de se libérer de toute illusion de devoir remplir des conditions.

Aucune pensée, aucun acte n’est jugé par Lui. Seul le jugement porté sur soi-même, le jugement de valeur de soi-même comme la dévalorisation, le sentiment de culpabilité, la réflexion sur des conditions qui ne sont pas remplies envers Lui nous empêche alors de Le découvrir.
Son accueil est inconditionnel, rien ne l’entache, aucune pensée, aucun acte.
Rien ne le perturbe, aucune colère, aucune violence.
Rien ne l’afflige, aucune misère, aucune guerre.
Rien ne l’émeut aucune piété, aucune passion.
Rien ne l’exaspère, aucune faute, aucun désir.
Son immersion en Lui nous fait rayonner de compassion envers ceux qui ne Le perçoivent pas.
Plus vaste que le ciel,
Plus chaleureux que le soleil,
Plus étincelant que l’or,
Plus solide que l’airain,
Plus invincible que l’atome,
Plus compact que le diamant
Et plus pénétrant et enveloppant que l’Ether.

Tel est le Réel, la Réalité absolue, Dieu de la Bible, Brahman des Upanishad, Allah du Coran, YHVE du Zohar, Wakan Tanka des Sioux Lakota etc., ce qui n’est ni plus ni moins la substance de cette vie, le substrat de l’univers, l’énergie inébranlable, l’énergie source de toutes énergies, notre vraie nature, Lumière de la Lumière.


Étudier la nature de cette lumière suprême et les lois physiques qui lui sont inhérentes tel devrait s’annoncer le futur d’une spiritualité dénudée de toute morale, de tout credo, de toute relation projective, de toute projection affective, de toute croyance subordonnée au mal et au bien, à la faute et à la vertu, aux bonnes et aux mauvais actions, au karma remédiable ou irrémédiable. Aborder l’univers et les questions métaphysiques et spirituelles sous l’angle de la physique quantique semble être un pas vers la libération de l’influence d’enseignements écrits et oraux peux renouvelés ou peux régénérés à la lumière d’expériences contemporaines, nous laissant dans un rapport infantile et conceptuel avec le divin et ses modalités d’accès.
Le Créateur nous a fait à son image, alors soyons créatifs !

ET L’EGO DANS TOUT ÇA ?
Les aspects de la personnalité ne sont pas des conditions pour recevoir ou non de l'aide spirituelle. Je savais déjà cette illusion de la personnalité face au monde spirituel car l'ayant expérimenté mais c'est fou comme on oublie vite et l'ego croit devoir s'infliger des blâmes et s'interdire l'ouverture spirituelle sous condition d'avoir un comportement et une personnalité corrects !
Par exemple après une grosse colère le premier réflexe est de culpabiliser et de croire qu’un dieu autoritaire nous juge et que l’on ne mérite pas sa présence. Mais en observant finement une grosse colère, d’une part ça fait du bien (si elle est détournée vers un objet matériel inerte plutôt que sur un être humain !) et après avoir culpabilisé de ce genre d’attitude, lorsqu’elle ai abordé du point de vue du Soi, de l'identification furtive au Brahman ou tout du moins du souvenir de son contact auprès de lui, ça fait rire...L’ego est irréel face à cette Réalité. L’ego se donne une importance qu’il n’a pas face au Réel et disparaît à Son contact, mais le piège est de se couper d’une connexion à l’Absolu ou à un guide ou un être spirituel sous prétexte de ne pas être à la hauteur, ou pur ou sans défaut. Mais la nature même de notre vraie nature, de ce Soi suprême est par nature sans tâche et sans défaut, l’ego et ses aspects n’ont aucune prise sur cet Absolu. Franchir le mur de l’ego c’est se permettre ce que l’identification avec l’ego ne nous permet pas : l’ouverture et l’accès à des plans supérieurs.

Un petit éclairage du point de vue du corps de lumière avec la méditation Personnalité-Renawre :

Contact des limitations : énergie de la personnalité qui fait un mouvement de retrait vers l’intérieur. Travailler sur ce mouvement (que j’interprète à la lumière de l’énnéagramme comme correspondant au type 9 qui me caractérise) génère des flux d’abondance intrinsèques à soi-même qui opèrent plus profondément que des travaux énergétiques tel que « contacter l’abondance ». Ce type de travaux compensent le mouvement tandis qu’un travail de personnalité est plus efficace, s’attaque à la racine.

Au cours d'une méditation faisant interagir la Personnalité avec le cocon de lumière du corps d'énergie vibratoire quelques prises de consciences et lumières :
(Ce sont des mots et idées qui traduisent une expérience qui est mon expérience, ce ne serait être une généralité car c’est de ma propre investigation pour moi-même dont il s’agit mais je la transcris dans l’idée qu’elle puisse inspirer d’autres âmes, toutes ses idées découlent d’explorations énergétiques dans le cocon du corps lumineux d'énergie vibratoire.

Perfection, être parfait : croyance. Qui m’a dit que je devais être parfait ? Chercher la perfection n’aboutira pas. C’est s’améliorer soi-même qui permettra de goûter à la perfection dans un mouvement dynamique. Mais la perfection absolue n’existe pas car l’évolution est en mouvement ainsi que l’amélioration de l’être. Arriver à la perfection n’est pas la perfection car ce serait figé, or l’amélioration est perpétuelle.

Les limitations de la personnalité rencontrent les limitations extérieures équivalentes. Travailler sur ses propres limitations améliore la relation extérieure. Modifier l’énergie de la personnalité, changer les flux, trouver de nouveaux courants, apporter de nouvelles qualités d’énergies.

L’évolution ne pourra avoir lieu sans personnalité. Elle est le creuset du travail à l’amélioration dans le plan matériel.

Les sous personnalités reproduisent, nourrissent et renforcent le schéma d'énergie de la personnalité, en l’occurrence le mouvement de retrait contacté au début de la méditation.

Le travail sur la personnalité permet une intégration de l’éveil. Sans cela l’éveil est un éveil dissocié. Les limitations et puissances des sous personnalités qui sous-tendent la personnalité sont les interfaces permettant l’intégration de l’éveil dans tous les plans de l’être. Sans cela la conscience de l’éveil se retire et laisse libre cours aux mouvements naturels de la personnalité. Travailler sur ces interfaces, ces obstacles, permet l’intégration de l’éveil, c'est-à-dire l’ouverture de la conscience d’éveil à tous les plans et mouvements de l’être.

Énergie des limitations de ma personnalité : blessures, irritations : Apporter beaucoup de flux émotionnel à l’aide du centre du coeur.
Mon type retiré 9 (de l'Ennéagramme) : en travaillant sur la personnalité je contact une ouverture à la Force, contact de la force en moi, renforcement des couches du cocon du corps d'énergie vibratoire, de l’aura, densifier en lumière et énergie les couches, surfaces du cocon.

L’éveil dissocié (illusion du monde du point de vue de l’immersion dans l’Absolu) laisse l’évolution de côté.

Le type « retiré » 9 est un des plus aptes au potentiel d’abondance et manifestation d’abondance et intégration des énergies extérieures. Pour cela il doit observer son mouvement énergétique de retrait et puiser dans ses savoirs faire intérieurs (qui deviennent des savoirs être) pour changer son énergie, ses mouvements d’énergie. Alors la conscience s’expanse dans l’intégration de tout le monde extérieur, la force se développe ainsi que la participation active et en pleine conscience à tout ce qui l’entoure. La vie est Une et dynamique.
Type de personnalité avec une grande facilité à se laisser porter. Avec les dangers et les bénédictions que peut amener une telle attitude.
Se laisser porter sans se retirer = énergie noyau, force et stabilité, neutralité, conscience totale.

D'autres explorations et points de vue surgiront sûrement au fil du temps comme il en a été pour ces 3 années, ils viendront enrichir les pages du CARNET D'ÉVEIL. Les commentaires sont libres et j'invite tout chercheur (et trouveur) à écrire pour lui-même ou pour un partage les expériences intérieures qu'il vit. En effet c'est une aide précieuse de concrétiser par écrit son vécu, ce qui réactive les potentialités intérieures, permet de ne pas oublier et de ne pas sombrer dans la dévalorisation de soi et permet de reconnaître honnêtement ce dont on est capable.


Sylvère



- Pour une approche de l'oeuvre et l'enseignement de Sri Aurobindo:
 Le Yoga Intégral de Sri Aurobindo
Parmi les nombreux écrits qu'il a légué à l'humanité, quelques textes essentiels extraits de son œuvre pour éclairer et guider le chercheur sur la voie du Yoga Intégral.


Translate/Przeklada/Переводить/翻译/翻訳する/번역/ ترجم/ Μεταφράζω/Menterjemahkan/ לתרגם/ अनुवाद करना

Google-Translate-English to French Google-Traduction-Français-en-espagnol  Google-Traduction-Français-en-allemand  Google-Traduction-Français-en-italien  Google-Traduction-Français-en-allemand BETA Google-Translate-Chinese (Simplifié) BETA Google-Traduction-Français-en-japonais  Google-Traduction-Français-en-coréen BETA