Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

Aux cendres d'Empédocle






— O fille de Vesta, reine aimable, honorée,
Qui ceins ton front riant d'une gerbe dorée,
Mère des épis mûrs, nourrice des humains.
Tous les dieux t'ont bénie au sortir de leurs mains !
Ile heureuse, salut ! Toi dont le pied humide
Trempe aux flots d'Ausonie et dans la mer numide,
Moissonneuse immortelle au verdoyant trésor,
Salut, blonde Sicile ! — En son divin essor,
Caressant ta beauté de ses tièdes haleines
Un vent générateur alimente tes plaines !
De tes grandes cités le groupe glorieux
Pare d'un mâle éclat tes flancs victorieux :
Là, règne Sélinonte aux monuments épiques,
Syracuse féconde aux coursiers olympiques,
Et la douce Agrigente, au fleuve consacré,
Ou sentant une flamme en mon cœur inspiré,
Bans ta jeune ferveur de mes sollicitudes,
Je goûtai le nectar des divines études !
Doux pays où les dieux ont mûri mon été,
Adieu ! je vais plonger aux ondes du Léthé...
Pour la dernière fois, adieu, terre si belle,
Rejeton florissant de l'antique Cybèle !
Adieu, cité natale, air pur ! bords embaumés,
Je ne foulerai plus vos sentiers bien aimés ;
Mes yeux jamais, beau ciel, ne reverront ta gloire !
Et toi, puissant Etna, tombeau de ma mémoire,
Aux cendres d'Empédocle ouvre ton urne en feu,
Donne une paix sublime au sage. — Fais un Dieu l
Comme un son qui finit, comme un éclair qui passe,
Affranchis-moi du temps, du nombre et de l'espace ;
Et rejetant sur moi ton poids amoncelé,
Que je rentre au repos que la vie a troublé ! —


— L'abîme le reçut dans son ombre brûlante...
Et toi, qui de rosée au loin étincelante,
Souriais, amoureuse, à l'approche du Dieu,
Non, tu n'entendis rien de ce suprême adieu !
L'harmonieux concert de Téthys et d'Eole
Etouffa de ton fils la dernière parole...
Mais l'Etna bondissant et d'éclairs hérissé
Rugit comme un lion profondément blessé ;
Et rejetant, tout plein de forces inconnues,
Rochers, neiges et bois au sein des vastes nues,
Roula, comme un trésor, dans ses flots flamboyants,
Les sandales du sage en tes vallons riants !



Leconte de Lisle, Poèmes divers
LES SANDALES D'EMPÉDOCLE - II-III