Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

Sur la méthode du Yoga Intégral



Le yoga c'est l'art de la découverte consciente de soi

Sri Aurobindo



Le passage en une conscience ou un état d'âme plus haut n'est pas seulement le but et le processus entiers de la religion, de toute ascèse supérieure, du Yoga ; il est aussi la tendance même de notre vie, le but secret que l'on découvre dans la somme de ses efforts.

Sri Aurobindo, La vie divine




Sri Aurobindo dans sa méthode de Yoga Intégral montre que, tout en restant dans le monde, nous pouvons élever notre conscience terrestre vers le Divin, en laissant la descente de l'esprit nous pénétrer et nous éclairer de toute part.

« Il s'agit d'un objectif excessivement difficile à atteindre et que beaucoup considèrent comme irréalisable. Poursuivre cette voie exige avant tout de la part de celui qui s'y engage une préparation personnelle intense, car le but souhaité n'est pas seulement de s'élever au-dessus de la conscience ordinaire du monde pour atteindre la conscience divine, mais d'amener la puis­sance transcendante de cette conscience divine à pénétrer dans notre esprit et notre corps de manière à les transformer et à manifester ici-bas le Divin ».

« Cette discipline ne peut s'acquérir au moyen d'aucun enseignement formel, d'aucune forme déterminée de méditation, de mantras ou d'autres pratiques ; elle ne procède que de l'aspiration et de la concentration en soi-même ou envers le Divin ; c'est-à-dire qu'elle se traduit par une disposition de l'être à se laisser imprégner par l'in­fluence de la Toute-Puissance divine et de ses œuvres, par la présence de Dieu au coeur de l'homme et par la détermination qu'il prend de rejeter au loin tout ce qui y est étranger. L'objet ultime du Yoga Inté­gral consiste à réunir la Conscience universelle et la nature indivi­duelle pour les fondre en une vie humaine libérée et parfaite. Cette méthode permet, et favorise, l'harmonie entre nos activités et nos expé­riences intérieures et extérieures, dans une divine union. »

« Ce n'est que par la foi, par l'aspiration vers le Divin et par un abandon total de soi que l'on peut parvenir à cette disponibilité. Elle exige une transmutation totale de l'être, en tant qu'objet d'intérêt essentiel, afin de permettre l'élévation de l'homme vers le Divin et la descente de la conscience divine en l'homme. Tous les aspects, qu'ils soient mentaux, affectifs ou physiques de la conscience intérieure et extérieure de l'homme, doivent en être purifiés et illuminés. Cette descente de la conscience divine constitue la clef indispensable de la transformation spirituelle, et, sans elle, l'homme ne peut rien. »

Sri Aurobindo insista sur le fait qu'il n'est pas forcément néces­saire de renoncer au monde pour pratiquer le yoga, ou pour s'engager dans la voie spirituelle. C'est seulement, lorsque l'impulsion intérieure se fait si pressante que la vie ordinaire devient incompatible avec la recherche de l'objectif spirituel suprême qu'il faut s'isoler et méditer. Il faut de même, face aux événements de la vie, adopter une nouvelle atti­tude d'esprit qui puisse favoriser la mutation bénéfique de la nature intérieure et l'élargissement de l'expérience spirituelle.

Le Maître ajouta que, pour atteindre le but suprême, il est indis­pensable de s'en remettre entièrement et inconditionnellement entre les mains de Dieu. Cette soumission pour être parfaite ne doit compor­ter aucune réserve. Il faut renoncer à tout désir personnel, à tout atta­chement à des idées préconçues. Cette foi et cette confiance sont la pierre de touche de la reddition de soi qui consiste en l'offrande totale de sa personne à Dieu. Plus on se donne à Dieu et plus on est à même de recevoir, mais pour cela il faut cultiver la patience, l'acceptation, n'émettre aucune exigence et ne pas s'adonner au découragement.

La tâche la plus ardue consiste à s'abstraire totalement de sa pro­pre personnalité, à renoncer à son « moi ». Il est toutefois impossible au néophyte d'y parvenir immédiatement. Si cela était, il ne serait pas nécessaire de s'adonner à cette discipline spéciale du yoga. Pour l’homme ordinaire, cet acte de reddition ne peut être que progressif.
Il en convint et reconnut que peu d'êtres sont capables de domp­ter leur nature inférieure par la seule force de leur volonté. C'est pour­quoi les conseils d'un Guru compétent et expérimenté revêtent un caractère d'absolue nécessité pour le néophyte. La sagesse ne s'acquière que progressivement, les vertus à cultiver sont la patience, la sincérité, la volonté.
La discipline spirituelle exige de celui qui la pratique un détache­ment absolu du tourbillon des activités mentales et des remous de l'être physique (désirs et passions). Pour y parvenir, il faut être calme, persévérant et inébranlable.
Or, au début, la paix et le calme sont souvent intermittents. Ils vont et viennent. Il faut très longtemps pour en faire des éléments inhé­rents de notre nature. Le Maître insista sur la nécessité d'éviter toutes les situations susceptibles de détourner le néophyte de sa concentra­tion spirituelle. L'aspirant doit s'abstenir de toute discussion avec ceux qui sont hostiles aux principes du yoga, car une argumentation sur ce sujet ne peut que troubler son esprit et sa paix intérieure. Convertir les autres n'est pas son rôle.

Aucun acte ou jugement inspiré par l'égoïsme ou l'intérêt person­nel ne doit venir ternir cette quiétude de l'âme, car il n'est possible de parvenir à la vraie conscience qu'à travers le détachement et l'impartia­lité. Ce n'est qu'en cultivant l'égalité d'humeur que l'on peut espérer construire sur des bases solides. Aussi désagréables que soient les évé­nements, aussi déplaisante que puisse paraître la conduite des autres à notre égard, il faut apprendre à les accepter avec un calme parfait que ne trouble aucune réaction d'humeur. C'est là qu'on reconnaît si l'on a véritablement atteint le samata (équilibre intérieur). Il est facile d'être maître de soi, lorsque tout va bien et que les événements sont favora­bles ; ce n'est que dans l'adversité que s'éprouve l'authenticité du calme, de la paix et de la sérénité.
Ceux qui choisissent une vie de renoncement peuvent se concen­trer uniquement sur la réalisation de leur être intérieur.

Extrait de  Yoga, comment éveiller et développer vos force latentes
"Aux pieds des grands sages": A LA RENCONTRE DE SRI AUROBINDO ,
par Sri Ananda