Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

L’EVEIL EN QUESTION




Maintenant qu'on les appelle maîtres, ils ressentent à nouveau de la honte à redevenir disciples. 
Tommaso Campanella

Des êtres charismatiques diffusent leur enseignement à grande échelle sur Terre auprès de disciples reconnaissant en eux un « avatar », un nouveau « Christ » ou un « éveillé » suprême, somme toute, qualifications qui ne veulent pas signifier grand-chose si ce n’est pour l’adepte qui s’attache à reconnaître son sauveur, voir même celui de la terre entière.
(A l’approche de 2012 ils ont le vent en poupe…)

Cependant il est à noter qu’au regard de l’enseignement dispensé et au regard de l’aspiration authentique de certaines âmes en présence de ces êtres charismatiques, il y a un écart majeur. L’écart se mesure lorsque l’on parvient soi-même à l’éveil par des voies autres que celles prônées par ces « sauveurs »,
et paradoxalement c’est par des ruptures, des bifurcations d’avec ces matrices organisées et hiérarchisées que l’on découvre sa liberté, l’autonomisation de soi (et non plus la répétition de modèles d’autonomie), et l’accès à la libération dans la conscience universelle, la réalisation du Soi.

La rencontre avec l’Absolu, le Transcendant, l’identification à notre vraie nature, le Soi suprême nous libère non seulement de l’attention fausse dans laquelle nous sommes plongés perpétuellement mais aussi de l’identification à des enseignements que l’on croyait être la condition sine qua non pour y parvenir. Dès l’instant où la conscience individuelle rencontre l’évidence impersonnelle du Soi, les enseignements paraissent souvent proposer une méthode à l’inverse de celle qu’il serait nécessaire pour parvenir à cet éveil auquel des millions d’âmes aspirent.

En effet combien de sentences, de leitmotivs n’avons-nous pas entendu de l’enseignement oral ou écrit d’éveillés mondialement connus, disant d’avoir par rapport à la vie telle attitude pour mieux l’appréhender, pour mieux vivre, pour être en phase avec elle?
Certes ces sentences qui font l’effet de vrais petits bijoux de bon sens et semblent éclairer notre esprit par leur simplicité et leur pragmatisme, nous permettent de porter sur la vie, sur notre propre vie, un regard neuf et un point de vue nous permettant de l’aborder avec plus de confiance, plus de lucidité, au meilleur des cas. Mais le risque est de tomber dans une croyance en des credo d’un nouveau genre, supervisant notre vie vers une croissance spirituelle qui n’est en fait qu’une croissance vertueuse ou moralement brillante. Croyance en des credo auxquels nous attachons un pouvoir disproportionné sous prétexte qu’ils sont issus de l’enseignement d’êtres éveillés plus ou moins charismatiques. Nous prêtons alors à ces sentences une vocation au-delà de leur compétence, celle de nous aider à notre éveil. Tout au plus elles produisent un éclairage sur la vie mais en aucun cas, et ce serait une erreur de le croire, elles nous aident en quoique que ce soit à nous faire déboucher sur l’absolu.
Elles nous en éloignent bien souvent plus que nous en rapprochent car nous proposent des modèles de comportements au lieu d’agir sur la transformation d’attitudes fondamentales à nos schémas énergétiques intérieurs. Il est étonnant de la part des éveillés reconnus et connus à l’échelle mondiale ou dans les réseaux spirituels faisant autorités en la matière, de trouver des enseignements qui sont la déduction, qui sont la conséquence de leur conscience d’éveil.

En effet que ce soit dans les doctrines énoncées par les religions et leurs écritures, par les conseils énoncés par les Saints du passés, par les modèles comportementaux que nous proposent les enseignements des éveillés à vocation planétaire, il est étonnant d’y trouver les propositions qui sont la conséquence de leur cause à leur conscience d’être éveillé. Au lieu de transmettre les modalités causales, l’éveillé transmet les modalités consécutives de cette conscience dans laquelle il est, ce qui induit une distorsion de la Voie, car ce n’est pas en appliquant les déductions induites par la conscience d’éveil que l’on trouve le chemin de l’éveil, et encore moins l’immersion dans cette évidence qu’est l’éveil.
Tout au contraire ! Des organisations fortement hiérarchisées, avec des paliers d’enseignements diffusés dans des stages rémunérateurs pour leurs fondateurs, transmettant dans ces modules des enseignements dont le pragmatisme génère une meilleur adaptabilité à la vie, ne font que renforcer la matrice dans laquelle l’attention habituelle de l’être humain le maintien. S’attaquer à la fondation et au conditionnement de cette attention est le seul enseignement valable et digne de ce nom nous octroyant l’éveil. Car l’éveil est une simple réorganisation de notre attention.

Tout enseignement ou tout être se revendiquant éveillé quelque soit son importance et sa reconnaissance, s’il ne propose pas un travail sur la réorganisation naturelle de l’attention ne peut honnêtement se revendiquer comme maître et guide vers la libération, l’éveil, tout au plus conduit-il ses adeptes vers plus d’adaptabilité à la vie, mais en tous les cas les maintien dans la matrice de par le fait qu’il n’y a pas de travail sur la réorganisation de l’attention. Ces éveillés parfois embellis de l'appellation "êtres réalisés" sont en quelques sortes les agents de la matrice dans laquelle tout tend à nous maintenir, et à nous empêcher d’accéder à notre vraie nature.

Les enseignements aux directives et conseils comportementalistes sont la plus flagrante déviance de ce à quoi ces enseignements aspireraient à nous conduire.
« Soyez ceci », « soyez cela », « comporter vous comme ceci », « ne vous comportez pas comme cela » dans vos relations, dans votre vie, dans votre travail, sont des inepties qui figent notre attention dans des croyances au lieu de nous libérez dans une vie acceptatrice de tout en nous et autour de nous, quand bien même ces directives soient décrétées par des éveillés. Ce sont des injonctions départageant le mauvais du vertueux sous prétexte que les bonnes pensées nous conduiraient vers l’éveil et que les mauvaises nous en éloigneraient.
Le problème ne se situe vraiment pas là. Au lieu d’aborder le problème en amont il est abordé en aval !
« Les situations et les autres sont exactement comme ils doivent être, il ne peut pas en être autrement ». « Voir clairement tel que c’est ». « Aimer les autres comme soi-même ». « Faîte taire votre mental », « supprimer tout désir ». Etc.
Tout ça c’est bien joli mais ce n’est pas ce qui fonde le mouvement de l’éveil à la réalité ultime. C’est ce qui en découle, et sans en être passé soi-même par l’éveil cela reste du superflu, de la fioriture, du décorum, tout au plus un manuel de savoir vivre ensemble mais il n’est alors pas indispensable d’en recourir à un enseignement quelconque, mais plutôt de savoir ce que nous recherchons sinon les pistes vont se juxtaposer, s’entremêler dans la conception du chemin spirituel et égarer l'aspirant vers le but qu'il souhaite atteindre.

Bien qu’il n’y ai aucune entrave à l’éveil de favoriser pour le disciple une meilleur adaptabilité à la vie, une meilleur compréhension de mécanismes psychologiques ou des lois de la vie, l’important est de clarifier notre propre intention pour observer si elle est en phase avec l’intention de celui qui propose la libération.
Est-ce vraiment son intention, quelles méthodes et quels moyens met-il en œuvre, et voulons-nous être plus efficace dans la vie ou donnons-nous la priorité à notre libération ? Ce qui octroie alors de l'efficience et non plus de l'efficacité.
Même si l’un n’empêche pas l’autre. Mais il est primordial de déterminer si les recettes comportementalistes ne se font pas au détriment de la voie de la grande libération. Le discernement ne doit pas être supplanté par l’amour auquel cas l’amour risque de nous égarer bien loin de ce que sont l’amour et la conscience.

Plus authentiquement reliée à la Terre et aux éléments, la voie du çaman (et non pas le chaman-isme), que je préférerais appeler la Voie de la Terre- qui peut être véhiculée aussi par d’autres êtres que ceux appelés chamanes, méfions nous des apparences!- peut proposer certaines stratégies de déconditionnement basées sur l’action et inspirées sur l’instant par l’intuition du guide en relation avec l’aspirant. Intuitions dont le but est de briser les représentations figées et sclérosantes de notre intellect, qui par le truchement du mental empêche la malléabilité de notre attention, et ce faisant de sa possibilité de trouver son changement de position nous octroyant l’attention d’éveil.
Nous sommes loin du comportementalisme. Faites comme ceci, faites comme celà...Encore et encore de la com' comme...Faites comme vous êtes un point c'est tout! L'éveil n'est pas dans le faire ni dans l'attitude.

La relation est une base importante dans l’accompagnement que le guide spirituel propose à son disciple pour l’amener à l’éveil. Quelle est la place de cette relation dans les grands groupes internationaux dirigés par des éveillés charismatiques et déléguant leur enseignement à un fonctionnement hiérarchique où ses plus proches disciples, ayant réalisé l’éveil grâce au maître, seront les dispensaires d’enseignements avancés et toutes une kyrielle d’enseignants hiérarchisés en plus ou moins avancés, dispensant mot pour mot l’enseignement source du fondateur ?
La relation peut-elle s’établir dans un vrai cheminement d’éveil lors de darshans drainant des milliers de gens recevant leur injection d’amour divin (au meilleur des cas), dans des cessions d’enseignement s’apparentant à des modèles de bonnes conduites en sociétés et de processus de dépassement de soi issu du coaching d’entreprise (booster l'individu pour booster la rentabilité de l'entreprise), de sentences clés apprises dans ces cessions sur lesquelles une forte croyance est véhiculée comme étant la clé de toute la conduite à avoir dans le développement spirituel; et sous prétexte de ne pas être intégrées, renvoient l’adepte à la quasi impossibilité de remettre en question un système trop rigide et d’avoir une relation individuelle de maître à disciple ?
L’impossibilité de cette authentique relation est déjà à part entière un indicateur de l’intentionnalité du fondateur à proposer sa mission de sauveur à quiconque s’en remet à lui. La relation indique une interaction entre un chercheur vers l’éveil et celui qui représente cet éveil -mais en aucun cas ne peut prétendre le détenir-.
Il est un transmetteur potentiel et la relation c’est la possibilité de s’en remettre à celui qui le vie, connaît les mécanismes psychologiques et spirituels pour y accéder et peut laisser l’espace psychique et physique au chercheur d’en discuter avec lui, d’accueillir ses doutes, de solliciter ses progrès et de s’y être bien sûr avant tout intéressé.

Certains enseignements sont dispensés à grande échelle par des éveillés charismatiques dans des institutions hiérarchisées.
Le fondateur y est porté aux nues, évoqué comme sauveur d’une Terre dont chaque habitant attend d’être en contact avec lui ! Ce qu'il ne contredira pas!
Les plus dévoués ont fait leur preuve d’engagement dans le cadre structurel de la fondation à vocation spirituelle et humanitaire par du service et du prosélytisme pour la dite fondation, se retrouvant par là même encouragés à servir au plus prêt cet organisme en devenant eux mêmes enseignants au prix d’un parcours financièrement coûteux où le principal travail sur soi s’apparente à des processus tout droit importés de l’entreprise et de la communication.
Les organismes internationaux enseignants ces modules d’apprentissages parsemés d’exercices issues du Yoga, à qui ils se sont révélés au fondateur qui les transmet à l’humanité sous son modèle déposé, sont alors décrétés confidentiels.
En cherchant un peu plus loin que les livres des rayonnages de librairies ésotériques il est possible d’en découvrir quelques uns, où ces exercices sont répertoriés et connus depuis des millénaires et enseignés très méthodiquement par des yogis soucieux de préserver une tradition et de la transmettre sans intention lucrative.

Le pouvoir de vision au niveau de l’énergie qui fonde toutes choses permet de décrypter le fonctionnement de la conscience et des interactions au sein de la manifestation. Le pouvoir de vision canalisé sur certains êtres charismatiques permet de voir le drainage des énergies lors de ce qui semble s’apparenter à un darshan. La focalisation des consciences prosternées devant ces êtres alimente leur aura de lumière dans un processus de dépendance inter-mutuelle des adeptes et du maître. L’accroissement de lumière autour de ces êtres peut atteindre des dimensions gigantesques et la permanence de leur éveil est entretenue par ce flux de lumière que projette inconsciemment chaque pile de conscience énergétique entièrement focalisée sur ces êtres en état de dévotions infantiles.
L’échange d’énergie est faible en retour, et l’intention de ces êtres n’est pas claire et rarement clarifiée par eux-mêmes.
Dans ce cas, qui dit maître dit esclave.

Que ce soit dans ces grandes organisations internationales chapeautées par des éveillés charismatiques ou dans la pléthore de livres d’enseignements d’éveillés plus ou moins connus à dispositions dans les rayons spiritualités de librairies ; le modèle consécutif à la conscience d’éveil est transmis comme vecteur de l’éveil au détriment de la causalité à l’éveil.
Le « lâcher prise », l’ « acceptation », les « pensées d’amour pour tous » etc. sont des injonctions modelant des comportements que le mental saisi comme des bouées ou des balises sur la voie alors que ces qualités sont des saveurs que l’âme éveillée goûte d’elle-même puisque en contact conscient avec « l’élément » qui la fonde. Vouloir mener à l’éveil par ces qualités détourne le chercheur des fondamentaux que sont l’observation subtile en soi des mécanismes de l’attention et autres schémas énergétiques conditionnant notre mode d’être.

Comment alors se dégager de la matrice dans laquelle se moule notre attention et nous empêche de voir la réalité tel qu’elle est si ces enseignements ne s’attaquent pas à la causalité de ce qui fonde l’éveil, c'est à dire aux schémas d'une organisation erronée de l'attention ?

Sylvère