Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

Mémoire du paléolithique

 

 Grotte, temple de la Terre, en toi nous écoutons le silence de ton mystère, et entendons ta sagesse qui nous imprègne corps et âme...Miroir de notre humanité, mémoire de nos ancêtres, humilité... Lucie Rault, Instruments de musique du monde



Qui n'a jamais fait l'expérience de se retrouver devant le ravissement saisissant d'une grotte préhistorique, ornée, peinte, ou gravée ? Et du mystère puissant que ces galeries souterraines font vibrer en nous à travers leur silence pénétrant ? Silence habité d'une présence indicible et entrant jusqu'au plus profond de nôtre être en résonance avec la mémoire des hommes et femmes (surtout des femmes) qui les ont imprégné de leur esprit. Un indicible mystère sonde nos cœurs, et nous ne pouvons qu'être qu'ému devant une si grande maitrise artistique, transmettant quelque chose d’ineffable et de profondément sacré. 
Ma première rencontre avec un crâne d'homme préhistorique dans la grotte du Mas d'Azil en Ariège à l'aube de mes 20 ans eut une résonance forte en moi, car ce crâne était daté comme étant le crâne d'une jeune personne ayant moins de 21 ans au regard de l'analyse du degré de fermeture non parachevé du chignon occipital. Dans l'intimité de cette grotte, dans un instant de recueillement face au crâne de Magda, cette lointaine ancêtre, mes premières questions existentielles germèrent en moi. Je commençais par me questionner sur ce rapport qui pouvait peut être il y avoir entre l'âge de la maturité à 21 ans tel qu'il était décrété dans notre pays depuis la révolution, et celle passant ensuite à 18 ans en 1974. Et si il y avait un sens? Et peut importe si les lois ne suivaient pas un sens; en ce qui me concerne il y avait du sens dans ces conjectures. Le chignon occipital se refermant à l'âge de 21 ans, il était logique que la majorité adulte corresponde à cet âge. Je menais l'enquête, la quête du sens et commençais à trouver des réponses plus subtiles dans la littérature ésotérique où il est dit que certaines forces astrales finissent de se former et de s'intégrer dans le corps à l'âge de 21 ans. Tout cela corroborait, et contribuait aux prémices de ma quête...la quête d'un plus grand sens à la vie, à ma vie... A cette période je vécu mon ouverture à la dimension spirituelle de la vie en faisant mes premières sorties hors du corps. Je trouvais des correspondances dans la façon dont étaient inhumés les hommes de la préhistoire, car je remarquais que cette position - allongée sur le côté, jambes repliées contre la poitrine,  le plus souvent face à l'est-  correspondait à la position la plus favorable pour m'extérioriser hors du corps... Je retournais en ermite bivouaquer plusieurs jours en Ariège dans le Plantaurel en cette année où la froidure de mes nuits de belles étoiles de ce mois de mars 1997 étaient imprégnées de l'étrange beauté de la comète Hale-Bopp dont la lueur scintillait au travers des arbres de la forêt qui m’accueillait. Et je m'imprégnais de l'énergie de cette terre, vibrante de la mémoire des Hommes du paléolithique, et revint plusieurs fois sur ces terres du Plantaurel. Je fis une visite à la grotte de Niaux ( une grotte que le grand préhistorien abbé H.Breuil comptait parmi les "six géants de la préhistoire"...) et ressentais la force magique des représentations des animaux peints sur les parois dont ont ne sait sur qu'elle dimension mystérieuse elles s'ouvraient...

Bien des années plus tard, la dimension chamanique des grottes préhistoriques se révélât évidente lors de la visite des galeries ornées des cavernes de Dordogne, entrant en ces lieux comme on entre en un temple avec un coup de cœur et respect immense ressenti dans la Grotte de Font de Gaume et celle des Combarelles ! Mais aussi la grotte du Pech Merle, émouvante par l'emprunte de pied laissé par un ancêtre préhistorique dans l'argile et les empreintes de mains sur les parois, et ses fresques à couper le souffle.
L'impact de ces grottes résonnait avec le pouvoir de l'ours qui c'était révélé en moi peu avant (cf. Le réveil de l'ours), et me mis sur la piste de la force invocatrice des ancêtres par l'intermédiaire de la médecine animal et de la force spirituelle des animaux transmis depuis des temps immémoriaux, dont les grottes étaient le temple secret.

Sylvère