Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

Corps de Lumière et Chevalerie mystique





  « …la Voie Chevaleresque est toute entière centrée…sur une vision sacrificielle de la vie…au sens…de l’acte de rendre sacré…de réunir le moi au Soi et de là…de retrouver sa semblance divine… »  
 Gérard de Sorval.


La lecture du roman de Chrétien de Troyes « Yvain, le Chevalier au Lion » a été une révélation intérieure sur la mystique chevaleresque. Dans cet ouvrage beaucoup de sources de la spiritualité occidentale sont réunies et codées dans un langage symbolique: christianisme, paganisme, quête spirituelle, transformation intérieure, alchimie... tout y est! Au moment où je le lisais je séjournais quelques jours au Grau du Roi non loin d'Aigues-Mortes ville Médiévale; et je découvrais à mon étonnement qu'à ce moment-là se déroulaient des rencontres internationales des tournois de chevalerie (qui se base sur la même aspiration qu'il y a eu depuis le moyen-âge de mettre en scène la chevalerie pour continuer à la rendre vivante). À partir de ce moment-là de nombreuses coïncidences qui mettaient en rapport avec le thème de la chevalerie s'intensifièrent, que ce soit dans des spectacles, dans des émissions traitant de ce sujet, sur des documentaires, des reportages, des discussions d'auteurs... Un voile se soulevait sur la tradition spirituelle occidentale, remontant aux arcanes de l'une de ses sources.
À partir du moment où je me suis mis à lire le roman de Chrétien de Troyes j'expérimentais une nouvelle ouverture spirituelle en rapport avec la quête et le sens du Chevalier.
Lors de mes méditations mon corps de lumière s'ouvrait davantage à cet aspect et un jour je fis l'expérience intérieure de porter les attributs de la chevalerie et de découvrir le sens profond de leur symbolique: l'armure, le bouclier, l'épée, la lance, je sentais dans mon aura la présence des ces objets en tant que réalité spirituelle ayant une fonction dans mon champ d'énergie. Je sentais un bouclier et quand je portais l'attention dessus je le percevais et découvrais comment l’utiliser pour me protéger de certaines énergies, l'armure pour m'aider à renforcer mes énergies, etc.  Dès que je méditais, j'étais en lien avec la symbolique de la chevalerie, je percevais l'armure et les armes dans mon champ d'énergie. Quand je méditais j'avais des visions d'être en armure avec les armes de chevaliers et je les avaient réellement présentes dans mon champ énergétique et je pouvais m'en servir sur le plan énergétique. De fil en aiguille, je m'intéressais de plus en plus au sujet et découvrais aussi des livres qui parlaient de la symbolique des attributs du chevalier...En méditant, je découvrais le nom secret correspondant à l'épée qui m'était attribué et intimement liée à cette initiation intérieure. Puis un jour alors que je méditais sur ces attributs, à nouveau en présence de l'expérience de l'armure, de l'épée, de la lance, et du bouclier, ils se manifestèrent à ma conscience et je les vivais comme un aspect de mon corps énergétique. C'est alors que la présence de Mère s'est fait sentir (la Mère de l'Ashram de Pondichéry)*(1), sa lumière est descendue sur moi et en sa présence l'armure s'est dissoute et transformée en un corps de lumière, le bouclier s'est dissout en lumière rayonnante dans le corps de lumière, le renforçant et delà du cocon du corps de lumière, puis l'épée a fait de même et à chaque mouvement au sein de ma conscience l'épée envoyait des fréquences de lumières, puis la pointe de la lance est apparut et s'est ouverte comme une fleur de lys, et est devenue un diamant de lumière qui rayonnait de la lumière et pouvait être envoyée par la force de mon intention. Par la suite j'ai approfondi le sens spirituel de la chevalerie et découvert dans certains ouvrages un éclairage symbolique qui me permettait de faire des correspondances intérieures avec des plans de consciences et leur intégration dans la Psyché*(2). Je compris aussi le sens de certaines visions qui avaient émergées dans mon enfance, sur le thème du chevalier errant, exilé dans l'univers, visions en corrélation avec des aspects de mon être et de mon âme dont je découvrais certaines clefs par cette initiation. 
Il n'est pas étonnant que les légendes arthuriennes aient perduré au cours des siècles, imprégnant fortement l'imaginaire de l'homme. Il y a une puissante symbolique rattachée à ces légendes, mais surtout une profonde réalité spirituelle vivante en lien avec une universalité de la conscience. L'idéal chevaleresque correspond à un archétype ancré dans notre psychisme, quête de vérité, de perfection et d'absolu, de service et de dévouement. L'époque mérovingienne, au V et VIe siècle est celle du Roi Arthur et sert de décor au cycle arthurien dont la légende est transmise oralement avant d'être transcrite au XIIe siècle par Chrétien de Troie. L'époque mérovingienne est une période cruciale pendant laquelle la Gaule-Romaine devint le royaume Franc. La Gaule arrivait à la conscience de son unité par la mise en place du Conseil national des Gaules, réuni tous les ans à Lugdunum (Lyon) qui se tenait au confluent du Rhône et de la Saône, devant l'autel de Rome et de l'empereur. C'est dans ce contexte d'évolution et de transition de l'unité de la Gaule vers le royaume Franc-Sicambre qu'évoluaient les légendes du cycle arthurien. D'ailleurs, le Roi Arthur et Clovis roi des Francs furent contemporains et sont considérés comme étant équivalents, histoire et légende se confondant. Époque charnière où le Baptême de Clovis eut probablement pour conséquence d'assurer la continuité du paganisme tout en transmettant le christianisme, ce que reflète le cycle des légendes arthuriennes et plus spécifiquement  le sous-cycle du Graal. Les ramifications des légendes arthuriennes et du Graal sont innombrables. Tant dans les fêtes populaires que dans l'ésotérisme, tout aussi bien que dans les arts, la culture, la religion et la quête spirituelle la plus élevée. Sujet à beaucoup d'interprétations, de supputations, de mythes et de croyances, d'imagination romanesque, les archétypes véhiculés par ces légendes, que ce soit dans la réalité historique ou spirituelle, ont avant tout une signification intérieure, ouvrant des portes sur une dimension intérieure que nous pouvons vivre et faire l'expérience au sein de notre conscience, réalisant la portée spirituelle qu'elles véhiculent en nous-mêmes. Au-delà des traditions c'est la réalité spirituelle vivante  vers laquelle notre aspiration doit se tourner pour réaliser et manifester la conscience divine, dépassant tout attachement à la forme et à l'expérience afin de rester dans la dynamique du processus d'évolution.

Sylvère


*Notes:
 (1)
 -La Mère indiqua le 31 décembre 1966 à un disciple (Satprem):
La rose rouge, c'est l'ordre des «chevaliers de la Vérité»

-Comme il l'écrit dans un des agendas (L'Agenda de Mère vol. ), Satprem parti même « dans l'Himalaya avec l'idée de ramener à Mère, comme les chevaliers d'antan, des secrets de la transformation. »

-Voici un extrait d'une lettre que Satprem fît parvenir à Mère Le 13 décembre 1957:
« (Lettre de Satprem à Mère)
Pondichéry, 13 décembre 1957
"Douce Mère, voici la chose qui monte de mon âme: je sens en moi quelque chose qui n’est pas employé, quelque chose qui cherche à s’exprimer dans la vie. Je voudrais être comme un chevalier, ton chevalier, et partir comme à la recherche d’un trésor que je te ramènerais. Ce monde a perdu toute fable, toute beauté de l’Aventure, cette quête que connaissaient les chevaliers du Moyen Âge. C’est ça qui pousse en moi, ce besoin d’une quête dans le monde et d’une belle Aventure qui serait en même temps une aventure de l’âme. Tu comprends, que les deux choses, intérieure et extérieure, soient jointes, que la joie de l’action et de la route et de la quête aident à l’épanouissement de l’âme, soient comme une prière de l’âme qui s’exprime dans la vie. Les chevaliers du Moyen Âge savaient cela. Tout cela est peut-être enfantin, absurde dans ce xxe siècle, mais c’est cela que je sens, c’est cela qui me pousse à partir, rien de bas, rien de médiocre, seulement le besoin d’un accomplissement de quelque chose en moi. Si je pouvais te ramener un beau trésor! [...]»

(2) 
La symbolique de la Chevalerie, au niveau mystique est intimement lié à l'alchimie. (cf. Aperçu sur l'universalité de l'alchimie)