Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

De l'Antique Sagesse de l'Italie — De la faculté





 Giambattista Vico (1668 – 1744)
 DE L’ANTIQUE SAGESSE DE L’ITALIE 
 RETROUVÉE DANS LES ORIGINES DE LA LANGUE LATINE.


CHAPITRE VII

De la faculté.
Facultas, c’est faculitas, d’où est dérivé facilitas, facilité ; ce qui signifie la puissance, la capacité de faire sans peine et sans hésitation. C’est donc cette facilité, par laquelle la vertu passe à l’acte. L’anima est une vertu ; la vision un acte, le sens de la vue une faculté. Aussi la classification de l’École n’est pas sans élégance ; elle appelle le sens, l’imagination, la mémoire, l’intelligence, des facultés de l’âme (animæ). Mais cette élégance est gâtée quand l’École place dans les choses les couleurs, les saveurs, les sons, le tact. Car si les sens sont des facultés, dans l’acte de la vision nous faisons les couleurs, dans celui du goût les saveurs, dans ceux de l’ouïe et du tact les sons, la chaleur et le froid. C’était le sentiment des anciens philosophes de l’Italie ; la trace en est visible dans les mots olere et olfacere ; la chose sentie est dite olere, et le sujet sentant olfacere, parce que le sujet (animans) crée l’odeur par l’odorat. L’imagination est la plus certaine des facultés, parce qu’en l’exerçant nous créons les images des choses. De même le sens interne ; c'est en remarquant la blessure, au sortir du combat, que l'on sent la douleur. Pareillement le véritable intellect est une faculté par laquelle, en comprenant quelque chose, nous la faisons vraie. Aussi l'arithmétique, la géométrie et leur fille la mécanique résident dans une faculté de l'homme ; nous y démontrons le vrai parce que nous le faisons. Mais les choses physiques sont dans la faculté du Dieu tout-puissant, en qui seul la faculté est vraie, parce qu elle est parfaitement libre, aisée et rapide; de sorte que ce qui est faculté en l'homme, est simple acte en Dieu ; il suit de ce qui précède, que de même que l'homme en dirigeant sa pensée sur un objet engendre les modes des choses et leurs images, c'est-à-dire le vrai humain, de même Dieu engendre par sa pensée le vrai divin, et fait le vrai créé. Si nous disons improprement en italien que les statues et les peintures sont les pensées de leurs auteurs (pensieri degli autori), on peut dire proprement que tous les êtres sont des pensées de Dieu (pensieri di Dio.)