Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

21/06/2020

Le védantisme : la philosophie la plus ancienne et la meilleure


 

Ladislav Klima
II. Histoire de la philosophie, bien vue, in nuce  
46.    Le védantisme : la philosophie la plus ancienne et la meilleure

Le védantisme : la philosophie la plus ancienne et la meilleure : il s'ensuit que l'humanité est une écre­visse qui rampe à reculons. L'esclavité y paraît plus colossale qu'ailleurs, car elle voisine au plus près avec la plus grande élévation jamais atteinte. Les présocratiques : un physicisme pur ou les Hellènes en général       presque, ce qui n'est même pas l'avant-premier degré de la Philosophie.  Socrate : une fuite loin du plus-propre dans le plus de facilité de la morale, cas analogue à Nietzsche. Platon : rien qu'une première ombre d' Idéalisme; ce sont ses « idées » pas ses « réalités », qui sont au fond de pauvres ombres*. L'école stoïcienne : un lion attelé à une charrette de fumier : à la Physis. Le scepticisme des Éléates, de Socrate, des sophistes, de Pyrrhon -. au fond, le chagrin de voir que la rosse Physis était rétive.Le christianisme : jusqu'à présent, le plus fieffé et, sans ironie, assez souvent le plus futé des chiens, — à l'échine rompue. — La philosophie moderne : un très, très lent processus de déca­ninisation, à l'heure qu'il est, on en est aux coyotes, le loup est encore loin et, quant au tigre, n'en parlons pas.. Baco Ver., — et Hobbes, Locke, Hume, Mill, Spencer et en général tout ce qu'il y a eu d'extra-irlandais dans la littérature anglaise fait figure, même dans cette philosophie-là, de trou du cul trompetant parmi des ins­truments de musique. — Spinoza : a dit à juste titre que substantia cogitons et substantia extenso una eademque est substantia**, car celle-là n'est chez lui rien d'autre que celle-ci, l'une, pour peu qu'on en admette l'exis­tence, résorbe forcément l'autre, et vice versa : fuite loin de Descartes, décadence à partir du décadent qu'était devenu Descartes. — Kant : la « chose en soi » est le Seigneur Dieu tiré hors de la boue de l'idiotie et rendu inaccessible, l'« impératif catégorique » dame le pion même au « péché » chrétien, désobéissance d'un benêt d'ancêtre, Kant étant le plus grand restaurateur d'une divinité en passe de crever. La philosophie du XIXe siècle : contorsions comiques de la bête blessée par la balle du berkeleysme, il ne s'est trouvé personne pour lui donner le coup de grâce... Schopenhauer : à côté des Upanishads, le plus haut point encore atteint par la philosophie pour ce qui est du plus-propre : l'Idéalisme le plus sublime, le plus féerisé, — se vautrant, bien sûr, dans la sentine de la morale, il s'est envolé plus haut que les étoiles à seule fin de lécher le cul d'un cochon. Nietzsche : la plus grande Liberté jamais atteinte dans les dessous, au prix de la dégringolade du sommet tout droit dans l'esclavage le plus profond : le matérialisme... Après Nietzsche, — comme de raison dans ce siècle ultraporcin, plus rien qui vaille la peine d'en parler.

*Cf. La République, VII, 514-517
**substance pensante et substance étendue, c'est une seule et même substance (Ethique, II, prop.7, scolie).