Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

28/06/2020

Histoire de la philosophie, bien vue, in nuce



 




Ladislav Klima
II. Histoire de la philosophie, bien vue, in nuce 

  Le thème fondamental et l'essence de la phi­losophie : la solution du problème du monde, n'était qu'esclavage pur et simple et rien au-delà.


II. Histoire de la philosophie, bien vue, in nuce

1. La seule exception tant soit peu potable que compte la philosophie, c'est la « philosophie pratique », c'est-à-dire l'aspiration vers l'intangibilité, l'Absoluité, l'Être-Dieu, à la regarder cependant, cela ne se voit presque pas : elle est un lion qui aurait revêtu un corps de cochon. Dans son fond, elle est Surphilosophie, c'est-à-dire tout le contraire de la philosophie. Pourtant, elle n'est qu'un pressentiment d'Absoluité, aussitôt accouplé à l'Esclavité -, un flamboiement sorti du centre de la terre, mêlé au dégobillage d'un volcan cracheur de fange ; une vésanie naïvement extravagante. Car elle est chaque fois abandon immédiat de l'Idéal, désavoué à peine conçu : au lieu de l'Être-Dieu   une prostration, une reptation devant un n'importe quoi ainsi nommé, que ce soit Brahma, le Tao, le Père, la Εiιμαρμένη* , Démogorgon**, Natura sive Deus***... Partout, la même contradiction comique, la « liberté dans la soumission » -, toujours, l'or, par une alchymie experte, aussitôt transmué en boue. — Les choses humaines étant ce qu'elles ont été jusqu'à présent, la « philosophie pratique » a été totalement dépendante de la philosophie théorique, on n'a pu penser celle-là qu'en tant que partie intégrante de celle-ci, c'est-à-dire comme subordonnée au sens du monde, à la solution du problème du monde.


*Physis, Heimarmenê  la Nature, le Destin
** Cf. Voltaire, Songe de Platon (1756) :  « Démorgorgon eut en partage le morceau de boue qu'on appelle la terre ; et, l'ayant arrangé d ela manière qu'on le voit aujourd'hui, il prétendait avoir fait un chef d'oeuvre »
*** la Nature ou Dieu (cf. Spinoza, Éthique, IV, « Préface », dont la formule sera retournée par Nietzsche, Fragments posthumes. Automne 1884-automne 1885, 36[15]).

Ladislav Klima, Métaphilosophiques

 

Métaphilosophiques
Texte publié pour la première fois en 1927 (lorsque Klima le dira «non moindre par ses dimensions, plus sublime par sa teneur, plus Libre que la somme de toutes les paroles conservées du Christ » et capable d'exercer sur l'humanité « une action plus profonde et plus puissante que le Christ et le christianisme ») comme dernier mot du volume Instant et Éternité, mais conçu dès septembre 1925 sous le titre « Principia philosophica » en vue d'une publication en revue;  voir Tout, fg. 134, p. 357-358 et 771), puis mis et remis sur le métier (voir Tout, fg. 140-145 et 148-151) jusqu'à la fin mars 1926. Traduit en 1984 d'après la deuxième édition d'Instant et Éternité, (Prague, J. Pohorely, 1946), revu pour le t. III des Œuvres complètes ( Le Monde etc..., p. 462-476) en tenant compte (en l'absence de manuscrit définitif) des derniers états du brouillon; pour les variantes,  voir Le Monde etc..., p. 790-794.*

*La traduction de l’oeuvre de Ladislav Klima est redevable à Erika Abrams