Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

CORPS DE LUMIÈRE ET AUTRES TRADITIONS



De nombreuses sources font références à un corps de lumière , dans ces divers approches nous pouvons y retrouver un lien commun concernant la possibilité de vivre l'illumination et des moyens de l'intégrer.


Hormis ces approches théoriques, c'est par la pratique que l'on peut faire l'expérience du Corps de Lumière. L'éveil du Corps de Lumière peut ainsi nous amener à constater la similitude de certaines approches et expérimenter la similitude de certaines expériences quelques soient ces approches. Nous voyons donc là que nous avons de nombreuses possibilité d’éveiller le Corps de Lumière. cf: Un corps de gloire


Noùl Aujoulat, 
"Le corps lumineux chez Hermias et ses rapports avec ceux de Synésios, d'Hiéroclès et de Proclos"
  " L'originalité d'Hermias par rapport à Synésios et à Hiéroclès consiste à évoquer aussi bien le corps lumineux des dieux que celui des humains, à la représenter le plus souvent comme une allégorie de l'âme divine ou humaine, ce qui ne l'empêche pas de la traiter parfois comme un être immatériel distinct de l'âme. Cette complexité annonce celle de Proclos et des derniers néo-platoniciens."


Georges Térapiano,
 "La perse secrète":
Dans la Perse ancienne,  , il est  question d'un corps de lumière appelé Favreshi, cette tradition, le zoroastrisme, fait mention de la Xvarnah: "une Lumière de gloire, la Xvarnah, une énergie à l'œuvre depuis l'instant initial de la Création et qui perdurera jusqu'à l'acte final de la transfiguration du monde. Ce thème a été mis en évidence par Henry Corbin dans Corps spirituel et Terre céleste, de l'Iran mazdéen à l'Iran shî'ite, Paris, Buchet/Chastel, 1979. [..]. C'est à partir de cette Terre céleste que l'âme sustente son corps de résurrection à venir, son corps de lumière."


-Denis Labouré,
"Le Christianisme secret - le corps de lumière":
Ce livre entend amener le lecteur à avoir un aperçu sur l'antique christianisme, authentique voie d'accomplissement spirituel aboutissant à la réalisation du corps glorieux. 
Présentation de l'éditeur: Plusieurs traditions affirment que certains maîtres - y compris au XXe siècle dans le monde tibétain - ont quitté cette terre sans laisser de traces. Leur corps ayant disparu. ils ne furent ni incinérés ni enterrés. Le christianisme n'a rien à envier aux autres traditions. Pour lui, " le dernier ennemi détruit, c'est la mort ". La résurrection du Christ représente l'apothéose de l'itinéraire spirituel. Le christianisme secret, c'est l'enseignement nécessaire au passage du biologique au spirituel, du corps physique au corps lumineux. Ce livre présente ces instructions qui mèneront l'homme de bonne volonté à sa naissance spirituelle.


Basile de Césarée:
"La Puissance divine à travers le corps humain comme une lumière à travers des membranes transparentes, brillantes, pour ceux qui ont le coeur purifié."


Matthieu 
 13,45:
"Le processus de déification confère à l'homme un corps nouveau, le corps de lumière promis aux élus pour l'éternité." 
 13,43:
"Il se substitue u corps spirituel, à cette tunique de peau dont l’homme fût revêtu à l'aube des temps. Alors les justes resplediront comme le soleil dans le royaume de leur Père."


Nouveau Testament,  
Philippiens, 3,21, Corinthien 15 44 :
"Ils peuvent le revêtir alors qu'ils n'ont pas quitté cette terre. le corps terrestre est transformé en corps de gloire, et un corps spirituel incorruptible." 


Marie-Madeleine Davy, "De natura corporis et animae":
"Au XIIe siècle, dans le monde latin, Guillaume de Saint Thierry évoque cette ébauche du corps de gloire achevée dans la vie future. il fait allusion au "langage angélique qui sert de communication aux sages dont le corps de gloire est déjà accompli sur le plan terrestre. Nomment les sept degrés de l’âme dans la contemplation de la Vérité, il précise que le septième n'est pas un degré, mais une demeure. là, le corps de résurrection est réalisé."
Ils


Chair spirituelle et corps glorieux dans le martinisme:
 "L'alchimie véritable"
"Joseph Balsamo (1743-1795), alias Cagliostro,créait à Lyon le " Rite de la Haute Maçonnerie Égyptienne ". Le hiérophante ou " Grand Copte ", son titre en Maçonnerie Égyptienne, affiche son objectif ; la construction d'un corps de lumière, un corps glorieux. Dans les quarantaines spirituelles, il précise : " Chacun recevra en propre le Pentagone (Étoile Flamboyante), c'est-à-dire cette feuille vierge sur laquelle les Anges primitifs ont imprimé leurs chiffres et leurs sceaux, et muni de laquelle il se verra devenu Maître et chef d'exercice ; sans le secours d'aucun mortel, son esprit est empli d'un feu divin, son corps se fait aussi pur que celui de l'enfant le plus innocent, sa pénétration est sans limites, son pouvoir immense, et il n'aspire à plus rien d'autre qu'au repos pour atteindre l'immortalité et pouvoir dire lui-même : Ego sum qui sum. " Cette immortalité étant acquise pendant la vie physique, Cagliostro décrit ici une étape de l'alchimie interne."


-Michael J. Roads ," Retour à l'unité - une odyssée spirituelle":
Michael se retrouve dans son corps de lumière. Catapulté à travers des Portes successives, il rencontre de nombreux Êtres qui ouvrent sa conscience à d'autres dimensions de la réalité. Guidé pas à pas, il va pouvoir accomplir son retour à l'unité. En tant que conscience, il ressent le besoin irrésistible de s'exprimer à travers la forme physique et franchit les étapes de l'évolution gaz, minéral, végétal, animal, être humain. L'auteur explore cet univers infini et découvre la signification du "JE SUIS CELUI QUI EST".

"Durant mon voyage au sein de la Nature, j'ai découvert qu'au moment où ma conscience quittait mon corps physique, je me retrouvais dans un corps identique, entièrement composé de Lumière (tout le monde possède ce corps de lumière). Dans ce corps j'ai exploré d'autres dimensions de la Nature.(...)"


IBN ARABI : Extraits du Chap.13 des Futûhât 
"Les corps lumineux et les anges chérubins":
"En premier lieu, la forme corporelle se divise en deux catégories : une forme corporelle élémentaire qui englobe une forme corporelle imaginale et une forme corporelle lumineuse. Commençons donc par parler de la forme lumineuse dont nous dirons ceci : le premier corps que Dieu ait créé est celui des esprits angéliques éperdus (ou hébétés, al-muhayyama) devant la Majestédivine. Ce sont eux dont procède l’Intellect premier et l’Âme universelle. C’est avec le « corps » de ces esprits angéliques que se finalise la création des « corps lumineux » à partir de la lumière de la Majesté divine."                 
                                                                                                                                         
SRI AUROBINDO, 
Lettres sur   le Yogas:  
«C'est un corps lumineux dont parlent les Védas comme appartenant aux êtres des plans supérieurs. Dans certaines écoles de yoga, en Orient et en Occident, on suppose que dansa transformation finale sur terre, l'homme se fera un corps qui possède ces qualités. Le premier maître spirituel de la Mère (Max Théon) l'appelait le corps glorieux.» 

     « L'idée d'une transformation du corps se retrouve en diverses traditions, mais je n'ai jamais été tout à fait sûr qu'il s'agissait d'un changement dans cette matière même. Il y avait un yogi dans notre région, il y a quelque temps, qui l'enseignait, mais il espérait disparaître dans la lumière quand le changement serait complet. Les Vichnouites aussi parlent d'un corps divin qui remplacera celui-ci une fois que la «siddhi» (réalisation) sera complète. Mais encore une fois, s'agit-il d'un corps divin physique ou supraphysique? Quoi qu'il en soit, rien n'empêche de supposer que toutes ces idées, ces intuitions, ces expériences, annoncent la transformation physique, même si elles ne la dénotent pas exactement.» 

 
La Mère,  L'Agenda
Théon, lui, disait que le corps glorieux serait fait d'une matière plus dense que la matière physique, mais avec des qualités que la matière physique n'a pas. Et en effet, elle a des qualités, paraît-il, que la Matière n'a pas: comme l'élasticité, par exemple.
L'Agenda de Mère,  18 juin 1965
                                                                                                                                  

-Marie-Lise Labonté, Ninon Prévost,
"LES CORPS DE LUMIÈRE"
Parut chez Guy Trédaniel éditeur en 2010, enseignement des anges Xédah de 1990 à 1995.     
"Le corps de lumière est le véhicule de lumière de l'âme. L'âme utilise le dynamisme du plan de lumière pour s'élever à travers son corps de lumière et ainsi voyager à travers différents plans de conscience. Lorsque l'âme voyage, son essence aide la propulsion de son corps de lumière. Le corps de lumière, le septième corps subtil, est le siège de l'union cosmique. Porte d'entrée sur les plans les plus élevés de la création, de l'Infini, c'est là que l'âme se fond avec la Source et s'unit au Divin. Dans ce corps, l'âme expérimente le lien à l'éternel. Le corps de lumière enveloppe tous les autres corps qui se trouvent au-dessous, les protégeant et les nourrissant avec l'énergie du plan céleste. C'est le sentiment illusoire de séparation qui empêche l'âme d'expérimenter l'union avec la source. L'individu n'est souvent même pas conscient de cette communion constante avec les niveaux subtils."                                                                                              


 L'oeuvre de Carlos Castaneda  fait référence de nombreuses fois au cocon lumineux et aux champs d'énergie qui constituent l'homme et l'ensemble de tout l'univers. Cette approche s'inclue dans une perspective chamanique et constitue une base fondamentale de l'énergétique tel que décrit dans  "L'Art de Rêver" :
Tout ce que nous percevons est énergie

Dans son apprentissage avec le Nagual Don Juan, Carlos Castaneda relate  dans son oeuvre de nombreux faisant référence au corps de lumière en tant que "cocon lumineux".

Extraits:
 
 -Carlos CASTANEDA :
"LE FEU DU DEDANS" page 172


"Castaneda : Don Juan m’expliqua que l’on voit un état de conscience accrue non seulement comme une lueur qui pénètre plus profondément dans la forme d’œuf des êtres humains, mais aussi comme une lueur plus intense à la surface du cocon. Cela n’est pourtant rien en comparaison de la lueur engendrée par un état de conscience totale , que l’on voit comme un jaillissement incandescent dans l’œuf lumineux tout entier . C’est une explosion de lumière d’une telle ampleur que les limites de la coquille s’en trouvent diffusées et que les émanations intérieurs s’étendent au delà de l’imaginable.

Ces cas sont-ils des cas particuliers Don Juan ?

Don Juan : Bien sûr. Cela n’arrive qu’aux voyants. Ils n’existe pas d’autres hommes ou d’autres créatures vivantes qui s’illuminent ainsi. Cela vaut la peine de contempler des voyants qui accèdent délibérément à la conscience totale. C’est à ce moment qu’ils brûlent de l’intérieur . Le feu intérieur les consume . Alors ils fusionnent en pleine conscience avec les émanations en liberté et se fondent dans l ’éternité."



"Don Juan m’avait déjà expliqué, dans ses enseignements relatifs au côté droit, beaucoup de choses concernant le nagual et l’acte de voir. J’avais compris que voir signifiait la capacité de certains êtres humains à élargir le champ de leur perception jus-qu’à être en mesure d’évaluer non seulement les apparences extérieures mais aussi l’essence de toute chose. Il m’avait également expliqué que les voyants voient l’homme comme un champ d’énergie ressemblant à un œuf lumineux."

"Pour un voyant, les hommes sont des êtres lumineux. Notre luminosité est composée de la partie des émanations de l’Aigle qui se trouve enfermée dans notre cocon en forme d’œuf. Cette partie spécifique, cette poignée d’émanations enfermées est ce qui fait de nous des hommes. Percevoir consiste à accorder les émanations qui se trouvent à l’intérieur de notre cocon avec celles qui se trouvent à l’extérieur.
“ Les voyants peuvent, par exemple, voir les émanations que renferme chaque créature vivante et savoir lesquelles des émanations extérieures s’accorderaient avec elles.
– Les émanations ressemblent-elles à des rayons de lumière ? demandai-je.
– Non. Pas du tout. Ce serait trop simple. Elles sont indescriptibles. Je dirais cependant, à titre personnel, qu’elles ressemblent à des filaments de lumière. Ce qui est incompréhensible pour la conscience normale, c’est que ces filaments sont conscients. Je ne peux te dire ce que cela signifie parce que je ne sais pas bien ce que je raconte. Tout ce que je peux te dire, par mes commentaires personnels, c’est que ces filaments sont conscients d’eux-mêmes, vivants et vibrants, qu’il en existe tellement que les chiffres n’ont pas de sens et que chacun d’entre eux est en lui-même une éternité."

     
-Carlos Castaneda
"Voir"

"– Quand on voit, les hommes paraissent différents. La petite fumée t’aidera à voir les hommes comme des
fibres de lumière.
– Des fibres de lumière ?
– Oui, des fibres, comme de blanches toiles d’araignée. Des fils très fins qui vont de la tête au nombril.
L'homme ressemble alors à un œuf de fibres vivantes.
Ses bras et ses jambes deviennent de lumineux poils de soie scintillant dans toutes les directions.
– Est-ce que tout le monde a cette apparence ?
– Tout le monde. De plus chaque homme est en contact avec tout le reste, non pas avec ses mains, mais
grâce à un faisceau de longues fibres jaillies du centre de son ventre. Ces fibres mettent l'homme en relation
avec la totalité de son environnement, elles préservent son équilibre, elles lui confèrent la stabilité. Ainsi,
comme tu le verras peut-être un jour, un homme, qu'il soit mendiant ou roi, est un œuf lumineux; et il n'y a pas
de manière de changer quoi que ce soit. Ou plutôt, que pourrait-on changer dans cet œuf lumineux ? Quoi
donc ? »

"Il me rappela qu’il avait dit que les hommes apparaissent pour ceux qui « voient » comme des œufs lumineux composés de quelque chose semblable à des fibres de lumière qui tournaient d'avant en arrière et maintenaient cette forme d’œuf. Je devais aussi me souvenir qu'il m’avait précisé que l’élément le plus remarquable de ces créatures en forme d’œuf était un faisceau de longues fibres qui jaillissait de la région autour du nombril. Dans la vie de l’homme ces fibres avaient une extrême importance, et elles constituaient le secret de don Genaro." 


-Carlos Castaneda
"Histoire de Pouvoir"

"Mes yeux étaient fixés sur don Juan et don Genaro, mais comme je continuais à les regarder, mes yeux se brouillèrent involontairement. Je savais que je louchais sans aucun doute, parce que je voyais quatre personnes. Puis mon image de don Juan perçue par mon œil gauche se surimposa à celle que mon œil droit me renvoyait de don Genaro ; le résultat de cette fusion fut un être irisé, se trouvant entre don Juan et don Genaro. Ce n'était pas un homme, du moins un homme ordinaire. C’était plutôt une boule de feu blanche, recouverte de fibres de lumière. Je secouai la tête ; la double image disparut, et pourtant la vision de don Juan et de don Genaro, en tant qu'êtres lumineux, persista. Je voyais deux objets étranges, allongés et lumineux. Ils ressemblaient à des ballons de foot blancs et irisés, avec des fibres qui avaient leur propre lumière.
Les deux êtres lumineux frissonnèrent ; je vis vraiment leurs fibres s’agiter et puis, avec un sifflement, ils disparurent. Un long filament, une sorte de toile d'araignée qui semblait provenir du haut de la falaise, les tira vers le haut. J’eus la sensation qu’un long rayon de lumière, ou un fil lumineux, avait jailli du rocher et les avait hissés. Je perçus cette suite d'événements avec mes yeux et avec mon corps."         
     
" La bulle s’ouvre pour permettre à l'être lumineux de se représenter sa propre tonalité, poursuivit-il. Il est certain que le terme de bulle ne correspond qu’à une façon de parler, mais dans ce cas il est évocateur. La manœuvre délicate qui consiste à conduire un être lumineux jusqu’à la totalité de soi-même exige que le maître travaille à l’intérieur de la bulle et que le benefactor le fasse de l'extérieur. "   

   -Carlos Castaneda
"Le second anneaux de pouvoir"

"– Le Nagual m'a enseigné comment me servir de mon corps pour faire des lumières, parce que de toute façon nous sommes lumière (...)."


 -Carlos Castaneda
 "Le don de l’Aigle"

"Don Juan m’avait enseigné que notre être total est constitué par deux segments perceptibles. Le premier est le corps physique 
familier, que nous percevons tous ; le second est le corps lumineux, qui est un cocon que seuls peuvent percevoir ceux qui voient – un cocon qui nous confère l’apparence d’œufs lumineux géants. Il m’avait également dit que l’un des objectifs les plus importants de la sorcellerie était d’atteindre le cocon lumineux – objectif auquel on parvient par l’utilisation subtile du rêve et par un exercice rigoureux et systématique qu’il appelait le non-faire. Il définissait le non-faire comme un acte non familier qui engage notre être total, en le forçant à devenir conscient de son segment lumineux.
Pour expliquer ces concepts, don Juan divisait notre conscience en trois parties inégales. Il appelait la plus petite « première attention » et il disait qu’elle est la conscience développée chez les personnes ordinaires pour pouvoir s’orienter dans le monde de tous les jours ; elle comprend notamment la conscience du corps physique. Il appelait « attention seconde » une autre portion, plus vaste, qu’il décrivait comme la conscience dont nous avons besoin pour percevoir notre cocon lumineux, et pour agir en tant qu’êtres lumineux. Il disait que l’attention seconde demeure à l’arrière-plan pendant la durée de notre vie, à moins d’être attirée à l’avant-scène – délibérément par une forme d’éducation, ou par un choc accidentel. Elle comprend la conscience du  corps lumineux. Il appelait la dernière portion, la plus vaste, « tierce attention » – une conscience incommensurable qui engage des aspects indéfinissables de la conscience des corps physique et lumineux."














"(...) premièrement, nous ne sommes pas seulement ce que notre bon sens veut nous faire croire que nous sommes. Nous sommes en réalité des êtres lumineux, capables de prendre conscience de notre luminosité ; deuxièmement en tant qu’êtres lumineux conscients de notre luminosité, nous sommes capables de dévoiler plusieurs facettes de notre conscience (ou de notre attention, comme don Juan l’appelait) ; troisièmement, ce dévoilement se produit par suite d’un effort volontaire (lorsque nous tentons de nous réaliser nous-mêmes) ou bien par accident (du fait d’un traumatisme corporel) (...) 

   
-Carlos Castaneda
"La force du silence"


"Don Juan avait soutenu autrefois que ma connaissance et mon contrôle de l’intention n’étaient pas tels que je puisse supporter le choc de cette vision. Il m’avait expliqué que la perception normale a lieu lorsque l’intention, qui est pure énergie, éclaire une partie des filaments lumineux qui se trouvent à l’intérieur de notre cocon et fait briller, en même temps, hors de notre cocon, une longue prolongation de ces mêmes filaments lumineux qui s’étend jusqu’à l’infini. La perception extraordinaire, le fait de voir, se produit quand, par la force de l’intention, un autre groupe de champs d’énergie s’éclaire et s’imprègne d’énergie. Il avait dit que, lorsqu’un nombre déterminé de champs d’énergie sont éclairés à l’intérieur du cocon lumineux, un sorcier est capable de voir les champs d’énergie eux-mêmes."


 Une autre tradition s'inscrivant dans une perspective chamanique fait référence au corps de lumière, la voie de la grande perfection Dzogchen dans la tradition tibétaine BÖN:  
 
-Tenzin Wangyal Rinpoché,
"Les prodiges de l’esprit naturel"
                                                                                                              "Le quatrième stade est celui de la vision finale ou ultime. Ici, toutes les visions de formes, de déités et de mandalas s'évanouissent. Elles sont intrinsèquement vides et disparaissent dans leur essence qui est vacuité, dans le künshi, l'état primordial sans attributs. Lorsque nous mettons fin aux pensées, tout s'arrête. Tous les concepts, y compris l'idée de méditation, sont libérés dans l'état immaculé [...]. C'est l'auto-libération complète, où il n'y a plus même la possibilité de concepts. Nous comprenons finalement qu'il n'y a ni illusion ni libération et obtenons  la véritable compréhension ultime de la source originelle d'où toute chose émane et où toute chose retourne. Tous les concepts dualistes subtils cessent, y compris ceux de médiation et de non-méditation; seule demeure une pure vacuité (...) Nous n'avons plus aucune attente ni quoi que ce soit à accepter ou auquel renoncer. Ce stade est semblable à l'espace dans lequel les éléments s'évanouissent, la réalité de la vacuité qui est au-delà du samsara et du nirvana. (...) Le résultat final, l'éveil ou la réalisation, n'est rien d'autre que ceci. Par cette pratique, nous gagnons la véritable compréhension, sans plus d'attentes en ce qui concerne déités et le reste, et tout disparaît. Lorsque nous atteignons ce stade, une transformation prend place, dans laquelle le corps physique se transforme en corps de lumière ... Dans cette condition les trois kaya sont parachevés; le Dharmakaya est vacuité; le Sambhokaya est lumière et manifestation intérieure de l'énergie; le Nirmakaya est manifestation extérieure de l'énergie. La compréhension de la nature lumineuse de la réalité conduit au fruit ultime de la pratique de thögal, la réalisation du transfert dans le corps de  lumière, dans lequel la matière physique du corps est transsubstantiée en pure énergie lumineuse et se dissout dans son état essentiel.                                                                                                                   
 [...] à la mort, l'adepte accomplit le corps de lumière ou corps d'arc-en-ciel, où le corps matériel se dissout en lumière et ne laisse aucune dépouille à l'exception des cheveux et des ongles.                                                          
[...] La compréhension du processus de la mort comme celle des lumières et des visions du bardo engendre le processus du nirvana et l'accomplissement du corps de lumière."                                                                                                                                                                                                                           

-Duane Packer , Sanaya Roman, 
(Orin et DaBen)
Éveillez votre corps de lumière :   
"Les centres du corps de lumière vous relient avec les dimensions supérieures de Lumière et avec des états de conscience illuminés. Vous pouvez faire davantage l'expérience de l'infini que  vous êtes, à mesure que vous contactez la réalité Absolue, au-delà des illusions du plan terrestre."
Duane Packer et Sanaya Roman.   
"Vous apprendrez à stimuler vos centres supérieurs, à apporter des fréquences supérieures à vos pensées, à ouvrir la communication à des dimensions supérieures et à vous connecter avec l'Esprit Universel. "
Duane Packer et Sanaya Roman.    
"Comme dans n'importe quelle méthode, ces techniques formelles sont simplement des véhicules pour vous amener quelque part. Une fois que vous êtes arrivé, vous n'avez plus besoin d'utiliser ces véhicules."
DaBen.     

"Toute personne qui est prête aura l'opportunité d'éveiller son corps de lumière." DaBen
"(...) personne n'a vu sa vie devenir parfaite tout le temps, car l'illumination est un processus continu de croissance et d’épanouissement." 
Duane Packer et Sanaya Roman. 
.
"Le but du corps de lumière est de le vivre dans la réalité ordinaire."
DaBen.