Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

Spiritualité intégrale




Une spiritualité intégrale n'exclut ni ne décourage aucune activité, aucune faculté humaine essentielle; au contraire, elle travaille à les élever toutes et à les faire sortir toutes de leur imperfection et de leur ignorance tâtonnante; elle les transforme par son toucher et en fait les instruments de la lumière, de la puissance et de la joie de l'être divin et de la nature divine. 
Sri Aurobindo, Le Cycle Humain, extrait, chp. XIII, "Raison et Religion"


La spiritualité intégrale se base sur le yoga intégral et englobe, au-delà du yoga, les autres voies spirituelles, à la foi en essence dans leur principe, et en pratique comme étant un chemin vers le divin et aussi comme moyen de réalisation de certains aspects du divin et intégrations des expériences spirituelles spécifiques à ces voies.

Tout sadhak du yoga intégral, et par extension tout chercheur de l'évolution spirituelle intégrale est amené à rencontrer sur son chemin de nombreuses expériences spirituelles aussi variées et enrichissantes les unes que les autres.

Le sadhak de l'évolution spirituelle intégrale doit inclure et vivre ses expériences dans son champ de conscience, sans attribuer une importance à l'une plus qu'à l'autre, ou en délaisser une au détriment d'une autre, pas plus que de s'accrocher ou s'attarder à l'une de ces voies spirituelles et des expériences ou réalisations associées qui s'en suivent.

Toutes voies que le chercheur de l'évolution spirituelle intégrale emprunte est un chemin vers le divin, mais ne peut représenter qu'un aspect ou certains aspects spécifiques du divin que sous-tend chacune de ces voies vers lesquelles elles mènent.

L'évolution spirituelle intégrale comporte un double mouvement: une aspiration constante et sincère au Divin, et dans cette aspiration une ouverture de conscience aussi vaste que possible afin de recevoir et intégrer la lumière, la connaissance, et l'expérience du divin en soi.
Une attitude d'ouverture et de recherche constante sans s'attacher à l'expérience reçue, une ouverture à toutes spiritualités qu'elles soient du passées ou à venir, une ouverture à leurs pratiques et à leurs enseignements comme étant une possibilité permanente de réaliser le divin. 

L'aspirant de l'évolution spirituelle intégrale utilisera tout à la fois les ressources intérieures pour s'abandonner et s'ouvrir à l'expérience spirituelle, et usera de sa discrimination pour discerner avec justesse et exactitude l'objectivité de ses expériences au regard de ce qu'elles apportent, à la fois en terme d'ouverture à une conscience plus vaste de la spiritualité et à la fois en terme de gain de conscience, de connaissance de soi ainsi que de la réalité divine.
L'évolution spirituelle intégrale peut être considérée comme une voie universelle contenant toute voie, dont le fondement se trouve dans le yoga intégral; le yoga intégral tel que formulé par Sri Aurobindo dans la Synthèse des yogas. Le chercheur -sadhak- du yoga intégral embrasse toutes les voies du yoga et par conséquent ne s'arrête pas à une réalisation spécifique en chemin. La spiritualité intégrale n'est pas un syncrétisme ou un œcuménisme, mais un mouvement dynamique des spiritualités vivantes éprouvées et expérimentées en soi, chaque voie pouvant en dévoiler une autre, chaque expérience, chaque pratique, chaque enseignement se fondant dans une réalité bien plus large qui les dépasse et les intègre toutes.

Même s'il a une affinité plus grande avec une voie spirituelle, ou qu'une voie spécifique le conduise à certaines expériences et réalisations spirituelles, le chercheur sera néanmoins conscient et ouvert à ce que cette voie puisse l'amener à rencontrer d'autres moyens de réaliser le divin dans cette voie même,  mais aussi le conduire vers d'autres voies par les intuitions, guidances ou expériences qui lui seront révélées lors de sa pratique. A l'exemple de Sri Paramhamsa Ramakrishna, qui, pour embrasser Dieu, empruntait les divers chemins des grandes traditions spirituelles, chacune d'elles trouvant leur fondement dans l'unique source suprême du Divin. Le chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle intégrale peut s'appuyer sur l'exemple de cette grande âme, tout en y incluant autant que nécessaire, ou du moins en intégrant en lui des pratiques d'autres traditions spirituelle si cela se présente ou se révèle être une possibilité dans sa sadhana. L’ouverture toujours croissante à son âme, l'éveil de son être psychique, permettra au chercheur de suivre l'aspiration constante dans sa quête.

Le sadhak de l'évolution spirituelle intégrale utilisera aussi ses facultés intellectuelles pour étudier autant que possible les voies d'approches qu'il expérimente spontanément ou celles qu'ils décident consciemment de suivre par sentiment intuitif de résonance. Une pratique intérieure complétée par une étude théorique assidue des enseignements des voies que lui révèle sa pratique permettra au chercheur d'allier intuition et connaissance aidé de la raison et du discernement, et de s'ouvrir ainsi davantage aux potentialités de la réalité spirituelle envers laquelle il s'engage.

Le sadhak n'oubliera pas que le but est la réalisation intégrale du divin, et qu'aucune forme pour y parvenir ne doit détourner le chercheur de son but. Bien qu'il puisse se réaliser dans une voie spécifique, le sadhak ne s'enfermera pas dans cette voie ni dans son essence, ni  dans sa forme, considérant que toutes voies est un chemin spécifique vers le divin et ne saurait représenter l'intégralité du divin dans son infinité.
Le sadhak doit par ailleurs garder une ouverture constante à accueillir les expériences spirituelles les plus variées qu'ils puissent rencontrer sur sa route et réaliser la conscience du divin aussi pleinement que possible à travers elles et au-delà d'elles. Considérant à ce titre que le chemin n'a pas de fin puisque le divin est par essence infinité et qu'aucune réalisation intégrale ne peut s'arrêter à un stade déterminé, aussi haut que puise paraître l'accomplissement qui en découle; il considérera donc chaque voie spirituelle comme un fragment, une possibilité définie et spécifique de la Suprême source de tout et se fera le chercheur du Mystère toujours plus grand à découvrir au fur et à mesure que s'ouvre sa conscience à la réalité et à la multiplicité des aspects du divin.

Le plus grand obstacle du chercheur de l'évolution spirituelle intégrale serait de se définir au regard des expériences ou réalisations spirituelles de la voie ou des voies par lesquelles il arrive à ces expériences ou réalisations, et de se laisser limiter par les formes, les représentants ainsi que les représentations, et par les enseignements d'une ou plusieurs voies spirituelles.
Le seul guide en qui le chercheur peut alors s'en remettre de façon absolue, s'en référer inconditionnellement est le guide et maître suprême, le divin lui-même source de tout, qui manifeste les pouvoirs de l'atteindre dans le monde des formes et du sans formes, dans le monde manifesté et par de là la manifestation, source de toutes voies, de toutes traditions spirituelles passées, présentes et à venir. Par définition les voies et pratiques spirituelles sont limitées, et sont délimitées par le contexte culturel, géographique, ethnique, sociologique et religieux dans lequel elles ont été façonnées, ont été canalisées. Dans l'absolu il n'y a cependant aucun canal valable, le suprême étant lui-même le seul dépositaire de tous les chemins par lesquels il révèle les possibilités de l'atteindre.

Le chercheur vers l'évolution spirituelle intégrale s'en remettra et aspirera alors toujours et constamment à la source suprême elle-même, celle du maître de l'évolution toujours en avant, toujours précurseur, toujours en devenir de l'étape à venir, plus grand et plus intimement proche de chacun dans sa quête que ne peut l'être aucune voie et ses représentants. 

Toutes les techniques, toutes les voies, traditionnelles ou modernes, sont des branches et non la totalité de l'arbre. Chacune peut mener à connaître l'arbre en entier, mais l'arbre ne peut se laisser délimiter ou définir par chacune d'elle.
Toutes sont des leviers vers le divin et loin de s'exclure les unes des autres, peuvent se compléter pour permettre au chercheur de s'accomplir dans sa divinité et son humanité le plus intégralement possible.
C'est en ce sens que Vivekânanda préconisait qu'idéalement chacun devrait pouvoir suivre sa propre voie avec les matériaux variés que le divin met à sa disposition, depuis les âges immémoriaux jusqu'aux temps présents, afin de pouvoir s'élever jusqu'à Lui et s'ouvrir aux les possibilités à venir de la conquête spirituelle sur tous les plans. Cela nécessité une réactualisation permanente de la voie.  

La meilleure base et référence pour une évolution spirituelle intégrale est celle du yoga intégral, en y incluant une capacité d'intégration des autres voies comme faisant partie du chemin vers le but et comme champ d'expérience d'une spiritualité intégrale, à la lumière de l'enseignement de Sri Aurobindo:

"Le sâdhak du yoga intégral ne sera pas satisfait tant qu'il n'aura pas inclus tous les autres noms et toutes les autres formes de la Divinité dans sa propre conception, tant qu'il n'aura pas vu son propre Ishta Devata dans tous les autres, pas unifié tous les Avatars dans l'unité de Celui qui descend en l'Avatar, et fondu la vérité de tous les enseignements dans l'harmonie de la Sagesse éternelle.

Le chercheur aura aussi à se confronter à ce que Sri Aurobindo appelle dans le langage du yoga intégrale "la zone intermédiaire". Cette zone séduisante que rencontre tout chercheur au cours de sa quête dans laquelle les êtres spirituels propres à une tradition proposent des pouvoirs, petits ou grands, des associations en vue de faire du chercheur le représentant de telle ou telle voie, on son émissaire, son porte-parole. Non seulement le chercheur peut s'égarer sur de fausses pistes en suivant de "mauvaises" prescriptions pour continuer sa Sadhana qui devrait toujours tendre vers une Vérité toujours plus haute et croissante, mais peut aussi s'égarer en prenant ces attractions spirituelles comme but et les pouvoirs qui pourraient lui être attribués comme réalisation. Aussi lumineux et aimant et plein de connaissances que puissent être les êtres de lumière, guides spirituels ou divinités rencontrés sur son chemin, le risque pour le chercheur est de ne plus suivre le mouvement de l'évolution, voir même de s'égarer sur des sentiers où se mélangent la pure Vérité, la lumière divine, avec les mouvements vitaux de recherche de pouvoir, de reconnaissance, de complaisance, de revendication d'une vérité, de systématisation de la voie,  de généralisation de résultats spirituels et matériels qui pourraient éventuellement en découler, bref de bricoler avec le réel avec la tentation de faire des petits ou grands miracles, de dealer avec la Vérité et Dieu pour de petits arrangements terrestres encore assujettis aux aspirations de l'ego. Ego dont il ne suffit pas d'être éveillé au Soi pour décréter en être affranchis, loin de là. Alors dans ce difficile et périlleux voyage l'attitude la plus sûre est une aspiration constante au divin et toujours plus sincère et pour se faire, un discernement à toute épreuve, une faculté de discrimination en toutes circonstances, ne se contentant pas d'évidence, de simplification, de raccourcis (qui tronque toujours une partie du chemin), et une vigilance alerte à tous les angles morts possibles bien que raison gardée ceux-ci sont quasiment inéluctables sur toutes voie et cheminement. 

Afin de garder un discernement et une discrimination les plus clairs possible tout le long de sa sadhana, le chercheur de l'évolution spirituelle intégrale pratiquera assidûment le silence mental et la paix, en vérifiant régulièrement où il en est. 
Car la base de la pratique de l'évolution spirituelle intégrale trouve son fondement dans celle du yoga intégral, elle-même à la base de toutes voies: le silence mental et la paix intérieure. (cf: Le fondement de la pratique)

Sylvère