Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

Un itinéraire sur la voie de l'alchimie




Une bibliographie miroir des étapes de ma recherche en alchimie.


Cette bibliographie retrace une partie de l'itinéraire dans ma découverte et ma pratique de l'alchimie. Établit dans un ordre chronologique, chaque livre témoigne d'un apport nouveau ayant eut un impact plus ou moins fort dans mes recherches en alchimie (bio-alchimie interne et externe). Cette incursion dans l'univers de l'alchimie s'est faite par étapes, sur plusieurs années depuis 1990, mais surtout 1997, avec des phases creuses et des phases intensives, soutenue par des élans de pratiques approfondies et parsemées de périodes d'études théoriques et d'intégration.  
Il est intéressant de se pencher sur l'Alchimie car nous découvrons qu'elle est le point commun de toutes les traditions, ce qui constitue son caractère d'universalité. Toutes les voies et traditions sont reliées par l'Alchimie (cf. Aperçu sur l'universalité de l'Alchimie). De plus elle relie les voies immanentes et ascendantes en incluant le corps et la matière dans le processus de transformation et d'évolution spirituelle. Aucun libération complète ne peut se faire sans la plongé au coeur du corps. Le Salut est physique comme le disait La Mère, ou encore quelques siècles plus tôt  avec les parole de Tertulien La chair est la base du salut exhortait , ou bien encore avec Isaie: Toute chair verra le dieu sauveur. Les traditions spirituelles, même chrétiennes ne l'ont pas oubliées, mais une déformation habile par les institutions religieuses pour exercer le pouvoir nous en a détourné en prônant la libération, ou autre nirvana comme étant l'aboutissement de notre quête. Le corps est le sens ultime de la manifestation du divin et de notre essence, c'est dans le corps et par le corps que l'accomplissement du divin dans le monde physique doit se réaliser. Je vous invite donc à découvrir cette bibliographie par l'intermédiaire de mes commentaires sur chacun de ces livres qui ont jalonnés mon cheminement spirituel. La dimension alchimique de cette itinéraire n'étant qu'un concept pour traduire cette quête d'une transformation intégrale.Comme le dit si bien Satprem "Il s'agit de dégager cette conscience cellulaire; c'est là qu'est le miracle possible... C'est toute l'histoire de Mère et de Sri Aurobindo".






 Quand on lit les livres, on ne doit pas se contenter d'un seul, mais on doit en posséder beaucoup, car « un livre donne accès à un autre ». On doit aussi lire attentivement, paragraphe par paragraphe ; alors, on fera des découvertes. 
 C. G. Jung, Psychologie et Alchimie



L'oeuvre au noir, de Marguerite yourcenar
Le premier livre parlant d'Alchimie que j'ai lu dans ma jeunesse. L'alchimie dans la littérature est un thème que l'on retrouve fréquemment. C'est un moyen par lequel se transmet l'esprit de l'alchimie et qui peux  toucher des âmes et les éveiller  sur ce sujets et sur la quête de soi et de l'immortalité de l'âme. Ce livre m'avait laissé un sentiment d'étrangeté et de mystérieux. Livre à compléter par la lecture de l'étude de Geneviève Spencer-Noël :Zénon, ou, Le thème de l'alchimie dans L'œuvre au noir de Marguerite Yourcenar

Réconciliation avec la vie, de Robert Emmanuel 
Le premier livre que j'ai lu retraçant la cosmologie occulte de l'univers, l'évolution spirituelle de l'homme et quelques premières évocations sur  l'Alchimie. Ma première rencontre avec les alchimistes tel que Nicolas Flamel.

Trois Upanishads, de Sri Aurobindo 
Le premier livre de Sri Aurobindo qui me fût recommandé par Jacques La Maya. Mais quel rapport avec l'Alchimie? Aucun en tant que tel si ce n'est que Sri Aurobindo fait un long commentaire sur le but spirituel de l'homme: la réalisation de l'immortalité de l'âme qui est le dessein des voies traditionnelles du yoga, mais surtout  l’immortalité physique par la supramentalisation du corps, objectif du Divin et de l'évolution spirituelle.

Toulouse, capitale mystique, de Jean-Claude Danis
Habitant Toulouse à l'époque où j'étais en contact avec Jacques La Maya et au début de ma recherche spirituelle, il va sans dire que cette lecture s'avérait indispensable. Ouvrage où il est bien évidemment question d'alchimie à travers les symboles ésotériques de la ville rose, ou plutôt rouge...

L'alchimiste, de Paulo Coelho
Le célèbre roman de Coelho qui mis au jour et rendis populaire le terme d'alchimie par son emploi dans une littérature d'auteurs à succès. Un petit roman à vocation initiatique au sens léger du terme, qui ne mange pas de pain, lecture incontournable au moment de sa sortie.

L'aura bleue du mercure alchimique, de Petri Murien et Éric Saint-Clair
Le premier livre à proprement parler d'Alchimie que j'ai eut entre les mains au début de ma recherche spirituelle. A l'époque je n'en avait pas mesuré toute la porté. Livre très intéressant qui apporte des connaissances et des précisions sur l'antique tradition de fabrication du mercure alchimique en Inde et en Europe au sur la confection de l'or potable et de son utilisation. L'or potable est une alchimie douce, encore faut-il être sûr de la provenance et de la qualité de cet or, car un or vieilli n'est plus valable comme me l'expliquait Jacques La Maya qui pratiquait aussi ce type d'alchimie avec l'or potable du 3ème degré.

Fragments d'un enseignement inconnu, de Ouspensky 
Fidèle à l'enseignement de son maître Gurdjieff, Ouspensky relate la question de l'immortalité physique et de la science pouvant l'accomplir. Reliant spiritualité et occultisme, l’enseignement de Gurdjieff et celui de son élève Ouspensky apporte une culture intéressante sur le sujet. Explorer l'inconnu voila une motivation certaine pour la lecture de cet ouvrage.

L'Égypte secrète, de Paul Brunton
Ouvrage évoqué par Jacques La Maya où il est question d'êtres immortels ayant traversé les âges depuis l'époque pharaonique dans le secret de mystérieux sanctuaires. 

Alchimie et Mystique, de Alexander Roob
Pour se familiariser avec l'iconographie alchimique à travers les âges. Ouvrage lu dans la continuité d'une certaine curiosité envers l'alchimie et d'une intuition sur le pouvoir de ces symboles et de leur influence psychique.

La Table d'Émeraude, de Hermès Trismégiste
Évidemment, lorsque l'on commence à s'intéresser à l'Alchimie et que l'on croise d'autres ouvrages en parlant, on est quasiment obligé de lire l'incontournable Table d’Émeraude...CQFD. La Table d'émeraude, Tabula smaragdina en latin est un texte maître de l'alchimie. Le plus ancien manuscrit date du 1er ou 2ème siècle après J.C; dans le papyrus de Leyde, découvert dans une tombe égyptienne à Thèbes, rédigée en écriture paléo-hébraïque ou phénicienne. La Table d'émeraude est un texte sacrée directement en relation avec la métaphysique hébraïque, dont les correspondances avec l'Arbre de Vie de la Cabale juive sont explicites.

Mère: La mutation de la mort, de Satprem 
On rentre dans le vif du sujet de la supramentalisation du corps physique et du labeur incroyable que cela demande, labeur auxquelles s'est attelé La Mère dans le sillage de Sri Aurobindo et vigoureusement relaté et décrit par Satprem qui chercha lui aussi le chemin dans le corps, relaté en profondeur et en détail dans ses Carnets d'une Apocalypse.
Ces carnets ne sont pas faits pour des "lecteurs" mais pour ceux qui sot déjà arrivés au point de non-retour et pour qui cela devient une question de vie ou de mort.
Satprem, Carnets d'une Apocalypse III, p526

Renaissance et karma, de Sri Aurobindo
Parmi la monumentale œuvre de Sri Aurobindo sur le yoga intégral et l'objectif de la supramentalisation du corps physique, cet ouvrage concis apporte des lumières au plus proche de la Vérité sur la question de la réincarnation et du cycle des renaissances, des conditions de vie dans la phase de transition entre la vie et la mort. Voilà enfin quelqu'un qui sait de quoi il parle sur ce sujet et avec une conscience de Vérité propre à un yogi de cette envergure. Il y est aussi clairement écrit par Sri Aurobindo que le but de son yoga est celui qui fût recherché au cours des âges par la pratique de l'Alchimie, à savoir l'immortalité de la vie humaine. La voie du yoga intégral proposé par Sri Aurobindo n'est ni une voie alchimique externe , ni interne, dans le sens où elle ne propose aucune technique de "manipulation" des énergies, il s'agit avant tout d'une manifestation de la pleine gloire divine en soi et de son intégration dans tous les plans de conscience et parties de l'être pour une transformation intégrale de nos énergies en énergies divines. Il va s'en dire que le chemin est ardu et nécessite une guidance dont on trouve les indications dans toute l’œuvre de Sri Aurobindo, en particulier dans La synthèse des yoga, dans La vie divine, et dans ses Lettres sur le yoga adressées à l'origine aux disciples présents de son vivant et publiées avec son accord pour ses disciples à venir.

La manifestation supramentale sur la terre, de Sri Aurobindo
Où il est question en détail de ce qu'est la supramentalisation, de la descente du supramental dans la conscience terrestre et de sa réalisation par l'homme. Il ne s'agit ni d’obtenir un corps glorieux cher aux traditions hermétiques et ésotériques, ni de  dématérialiser son corps physique dans le corps de lumière décrit par centaines traditions spirituelles, mais de supramentaliser la matière physique du corps afin que la matière révèle en elle-même le pouvoir divin qui y est caché, fruit de l'involution, et dont l'homme est le trait d'union pour réaliser cette œuvre dans un processus d'évolution de la vie et de l'univers. L'homme doit hâter ce processus et le peut par les méthodes du yoga intégral. C'est tout le sens donné par Sri Aurobindo à propos de l'homme, qui est un "être de transition".
Pour arriver à ce but la supramentalisation de la conscience est nécessaire:
" Dans l'état du Brahman, on sent le moi intact et pur, mais la nature reste imparfaite. 
Le sannyâsî ordinaire ne s'en soucie ...pas, parce que son but n'est pas de rendre sa nature parfaite, mais de s'en séparer. C'est le principe même de notre yoga: la transformation finale ne peut se produire que par la supramentalisation de la conscience, c'est-à-dire par une ascension au-dessus du mental dans le supramental et par la descente du supramental dans la nature. Donc si personne ne peut s'élever du mental au supramental, ni obtenir la descente du supramental, logique­ment ce yoga devient impossible. Mais chaque être est un en essence avec le Divin et dans son être individuel, il est une parcelle du Divin, de sorte que nulle barrière infranchissable ne lui interdit de devenir supramental. Il est sans aucun doute impossible pour la nature humaine, étant donné qu'elle a pour base le mental, de triompher de l'Ignorance et de s'élever jusqu'au supramental ou d'en obtenir la descente sans qu'aucune aide ne soutienne ses efforts. Cependant, par la soumission au Divin, cela peut être fait. On fait descendre le supramental dans la nature terrestre par l'intermédiaire de sa propre conscience et on ouvre ainsi la voie à d'autres, mais la transformation doit se répéter dans chaque conscience pour devenir individuellement efficace." Sri Aurobindo, Lettres sur le yoga

L'alchimie du réel, de Lee Lozowick 
Bien évidemment le terme alchimie est employé de toute part dans le langage courant et dans la spiritualité, et en m’intéressant à l'alchimie et à la spiritualité je ne résistais pas à la lecture de cet ouvrage...Mais ici la force et la non-conventionnalité de Lee Lozowick en matière de spiritualité remet la vie au cœur du processus, sans trompe-l’œil ni complaisance, et l'alchimie du réel prend tout son sens dans le développement spirituel de l'homme...et de la femme avec son ouvrage L'alchimie de l'amour et de la sexualité. Ouvrage qui reprend ce même thème de l' "alchimie" sur le registre de la relation de couple comme moyen de transformation et non pas d'entrave, comme c'est le cas dans l'approche de nombreuses voies spirituelles qui prônent fuite dans le célibat et l'ascétisme pour se débarrasser des obstacles à la réalisation. Mais s’amputer de ce qui constitue l'être et la vie n'est pas une réalisation intégrale, mais une fuite dans la lumière et la libération laissant la matière et la vie de côté, telle qu'elle est. On comprend ici que le maître Baul de Lee Lozowick, Yogi Ramsuratkumar ait eu parmi ses maîtres, Sri Aurobindo qui lui donna Jnana, la connaissance (Sri Ramana Maharshi lui donna l'énergie et la force de l'action dans le yoga, et Swami Ramdas lui donna le nectar de la Bhakti, la dévotion et l'amour divin).

La Prolongation de la Vie sur la Terre, La Tradition Cosmique VI, de Max Théon
Un texte fort intéressant sur les recherches que menait La tradition cosmique avec Max Théon et sa femme Alma, assistés de Mirra Alfassa, qui faisait à cette époque ses preuves en occultisme, et deviendra plus tard après sa rencontre avec Sri Aurobindo, La Mère de l'ashram de Pondichéry en suivant et concrétisant l’œuvre de ce dernier, laissant tout occultisme derrière elle. Extrait de ce texte de La tradition cosmique où il est question de technique de prolongation de la vie sur terre par une sorte d'alchimie mystérieuse : "A une certaine époque, pendant notre troisième réincarnation, nous Pathakah ben Abiad et Tadbeth, nous lamentions profondément du raccourcissement de la durée du degré nervo-physique de l'homme : c'est là la plus grande de toutes les peines, car les organes nervo-physiques n'ont pas le temps de s'évoluer pour permettre au corps de répondre à l'impersonnalité Divine, dont il est le principal vêtement et manifestation,et encore moins aux forces universelles."
Ce passage est plus important qu'il n'y paraît, car lorsque l'on s'attèle au yoga supramental de Sri Aurobindo, une des difficultés majeures et immenses rencontré dans la  transformation du corps physique est la nature même du système nerveux, réseaux hyper-complexe et extrêmement sensible. D'où la nécessité d'une Paix absolu, d'une fluidité émotionnel, d'une plasticité physique , et surtout  d'un abandon total au Divin. Au travail donc...

Les prodiges de l'esprit naturel, de Tenzin Wangyal
Où il est question de la tradition primordiale du bouddhisme tibétain et de la voie Bön du chamanisme tibétain. Dans cette tradition l'objectif est de réaliser le corps Arc-en-Ciel et de dématérialiser le corps physique dans le corps de lumière. La tradition Dzogschen y est remarquablement bien expliquée et les neuf voies du Shen sont décrites. Ces voies comprennent les pratiques d'éveil, les pratiques tantriques et les pratiques chamaniques. Cet ouvrage offre un bon éclairage sur la voie de l'éveil spirituel au sens bouddhiste du terme et une connaissance de certaines techniques d'éveil du corps de lumière auxquelles je vouais déjà une pratique assidue. En lisant cet ouvrage, on s’interroge sur l'existence possible d'une alchimie tibétaine tant interne qu'externe (opératoire)...C'est plus que probable!

Lao tseu et le Taoisme, de Max Kaltenmark 
Ouvrage où il est question du Tao et de Lao Tseu, le  Tao Te King, le Yi-king. Mais aussi ouvrage qui me fît découvrir que l'Alchimie était pratiquée par les taoïstes, alchimie interne et externe de la Chine antique, que l'ont peu approfondir avec le Traité d'Alchimie et de Physiologie Taoïste de Weisheng Shenglixue mingzhi et   La quête de l'immortalité en Chine : alchimie et paysage intérieur sous les Song de Xiao Daocun.

La voie des pierres : Mégalithisme au coeur des Monts du Lyonnais, de Jean-Louis Augay
Ouvrage sur les sept vallées sacrées des Monts du Lyonnais, sacralisées par les anciens avec les mégalithes sciemment positionnés sur des réseaux cosmo-telluriques précis en rapport avec l'équilibre de l'énergie de l'eau véhiculée par les rivières. Certains de ces mégalithes sont des pierres à cupules, dans lesquelles l'eau se chargeait en énergie cosmo-tellurique par le biais de la pierre, réceptrice et émettrice. Il y a là un analogie avec la bio-Alchimie hydrique qui  est fort intéressante... J’eus la surprise de découvrir dans cet ouvrage que la commune où j'habite comportait une confrérie d'alchimistes pratiquant l'Art Royal jusqu'à la Révolution et dont les symboles sont encore visibles sur certains chapiteaux de l'église. Une légende évoquant un dragon symbolise cette quête alchimique inhérente à ce lieu, et au-delà du récit légendaire contient les symboles servant à transmettre les rudiments de la connaissance alchimique, à la fois interne et externe. Cette découverte aurait-elle relancé m'ont intérêt pour l'alchimie et relancé mes expérimentations en Bio-Alchimie ? Très certainement...Ce n'est pas le premier ni le seul lieu où j'ai habité qui est marqué d'un lien avec l'alchimie et la mystique...: Chartres, Cluny, Limoges, Bourges, Toulouse, Aurillac, le Puy-de Dôme, Lyon...Autant de lieux qui ont dû imprimer certaines influences en moi, consciemment ou inconsciemment. Mais il y en a tellement en France, qu'il est difficile d'échapper à l'emprunte alchimique des lieux, que les plus sensibles psychiquement pourront toujours ressentir et recevoir l'influence les mettant sur la voie alchimique...

Le banquet des cendres, de Giordano Bruno
C'est Satprem dans ses ouvrages qui me fit m'intéresser à l’œuvre de Giordano Bruno, dit le Nolain. Philosophe, prêtre dominicain, penseur révolutionnaire en son temps, cet auteur du 15e siècle a été brulé vif par l'église pour avoir défendu sa thèse selon laquelle il développe la théorie de l'héliocentrisme et montre la pluralité des mondes et d'un univers infini. « Nous affirmons qu'il existe une infinité de terres, une infinité de soleils et un éther infini. » Il apporte aussi la preuve de la relativité du mouvement ouvrant ainsi la voie aux travaux de Galilée. G. Bruno a rencontré Giordano Crispo, maître en métaphysique, dont il adopte le prénom en guise d'hommage. Il figure parmi les philosophes attitrés à la cour d'Henri III. Giordano Bruno était un avant-gardiste dans de nombreux domaines: en astronomie, physique et philosophie et s'intéresse également aux sciences hermétiques tel que l'astrologie, l'occultisme et la magie, à laquelle a consacrée son ouvrage De vinculis in genere en 1591. Il s'intéresse à l'alchimie comme en témoigne son ouvrage De la Magie.
Notons à ce propos la très intéressante étude par Hélène Védrine "Alchimie, Hermétisme et philosophie chez Giordano Bruno" dans  Alchimie et philosophie à la Renaissance: actes du colloque international de Tours, 4-7 décembre 1991, évoquant la Transmutation alchimique du point de vue ontologico-cosmologique. "Quelques textes de Bruno parlent spécialement de l'alchimie, aussi bien dans les œuvres en langue italienne que dans les écrits en langue latine. En général, l'auteur fait preuve d'un certain scepticisme, non que l'alchimie soit condamnée en tant que telle, mais elle est plutôt marginalisée parce que son « inefficacité » vient de son ignorance des véritables principes de la philosophie, entendez la Nolana filosofia."
Frances Yates a consacré un ouvrage entier sur l'intérêt que portait Giordano Bruno envers l'Hermétisme:  Giordano Bruno et la Tradition Hermétique.
Frances Yates y énumère les auteurs relevants de "l'hermétisme religieux" au XVIe s. : Lefèvre d'Etaples, Symphorien Champier, Turnebus, François de Foix de Candale, Jacques Gohorry, Pontus de Tyard, Philippe Du Plessis Mornay, Hannibal Rosseli, Francesco Patrizi, Giordano Bruno, Thomas More, John Colet. L'ouvrage de Ficin est traduit en français en 1574, avec commentaires, par François Foix de Candale sous le titre Le Pimandre de Mercure trismégiste. L'hermétisme italien se développe avec Marsile Ficin, J. Pic de la Mirandole, G. Bruno, F. Patrizi (1591), H. Rosseli. En 1488 une mosaïque de Giovanni di Stefano, à la cathédrale de Sienne, représente Hermès Trismégiste face à Moïse et aux côtés de la Sibylle. L'hermétisme se fait français avec Lefèvre d'Étaples en 1494-1505, Symphorien Champion en 1507, Jacques Gohory, Du Plessis-Mornay en 1582. Le philosophe Francesco Patrizi demande au pape d'enseigner l'hermétisme dans les écoles chrétiennes (Nova de universis philosophia, 1591). Rodolphe II de Habsbourg, empereur de 1576 à 1612, fut surnommé "le nouvel Hermès Trismégiste", tant il était féru d'hermétisme, d'alchimie. : il fit venir à sa cour, à Prague, John Dee, Michael Maier, Oswald Croll, Heinrich Khunrath, Giordano Bruno, il réunit des collections d'objets dans un but magique. Nous voyons donc, au nombre d'apparitions de Giordano Bruno dans les cercles hermétiques, de l'importance de se pencher sur son œuvre, qui plus est couvre des sujets très aboutis en philosophie et astronomie.
Bref, Giordano Bruno est un auteur à ne manquer sur aucun point, écrivant dans un style vif et vivant, d'une perspicacité incomparable.

Le Bouddha de Médecine et son Mandala, de Kalu Rinpoché
Où l'on y découvre la description de l'évolution de la durée humaine selon la cosmogonie bouddhiste et comment le bouddhisme propose d'y remédier avec la pratique du Bouddha de médecine, les rituels de Bouddha de longévité et la médecine tibétaine. La description de l'évolution de la durée de la vie humaine est des plus intéressantes à connaitre et à prendre en compte au regard de la réalité de la vie de l'homme moderne, soumis à de nombreux facteurs de déséquilibres environnementaux qui ont des répercussions directes sur sa santé, et sur sa longévité. L'espérance de vie ne doit pas être confondue avec la durée de la vie. Si l'homme ne trouve pas les moyens de remédier à la destruction de son environnement et/ou de se transformer, la prolongation de la vie va alors continuer à décroitre, n'en déplaise au garant de la pensée unique et à l'optimise aveugle de la post-modernité. Il y a un réalisme flagrant dans la description de l'évolution de la durée de vie humaine dans la cosmogonie bouddhiste au regard de la réalité des conditions de vie humaine dans l'environnement moderne. Rappelons que l'espérance de vie est toute autre chose, c'est la baisse du taux de mortalité infantile dû au progrès de la médecine. D'autre part, le calcul de l'espérance de vie est effectué pour chaque âge. Ainsi les démographes calculent donc la probabilité de décéder à chaque âge (la probabilité de mourir à 1 an, à 2 ans, etc.). Pour cela, ils rapportent le nombre de personnes décédées à un âge donné au nombre de personnes ayant cet âge dans la population de l'année considérée.) C'est donc une ineptie totale de dire que nous vivons plus vieux que nos ancêtres. Lorsque par exemple l'on nous dit qu'à l'époque le Révolution française l’espérance de vie est de 25 - 30 ans c'est toujours sur le modèle du calcul de l'espérance de vie à la naissance. Cela ne signifie pas du tout que les hommes mourraient à cet âge-là, c'était l'âge que l'on pouvait espérer atteindre en calculant le rapport entre le taux de mortalité à la naissance et le taux de mortalité du nombre de personnes à chaque âge de la vie. Il y a beaucoup de confusion et d'endoctrinement à notre époque sur la durée de la vie humaine. Au vu des nombreux dégâts environnementaux, des pollutions de toutes sortes, de la dégradation de la qualité de l'alimentation qui en découle, la vie humaine est menacée et les progrès de la médecine n' y remédient qu'à un certain degré. La médecine tente de solutionner ce fléau des maladies causées par ces dégâts, mais sans un changement de comportement, sans une prise de conscience globale sur notre mode d'être au monde et d'une totale maîtrise de l'impact de l'activité industrielle sur l’environnent, cet effort de la médecine va être vain et caduque face à l'augmentation des problématiques de santé du aux conséquences de la pollution environnementale. Le corps médical en milieux hospitalier reconnaissent eux-mêmes qu'il y a de plus en plus de personnes en mauvaise santé à partir d'un certains âge. D'où le manque de moyen alloué à l’hôpital pour y face car il n'y a pas eut d'anticipation ni de réalisme sur cette problématique...Heureusement les syndicats s'en soucis et ont publié Le rapport qui pique. Nous pouvons toujours nous relier au Bouddha de Médecine et de longévité et pratiquer les rituels correspondant afin de maintenir notre force de vie et se santé en équilibre aussi longtemps que possible, car le corps reste le support de la vie sur terre et de la Sadhana .

Alchimie du Feu céleste, de Denis Labouré
Ancien titre de l'ouvrage Le Christianisme Secret. Dans cet ouvrage il est question du rôle du sang dans l'alchimie interne de l'être humain et de la voie christique du Corps de Lumière. Ouvrage à découvrir pour la correspondance des différents sujets que sont l'Alchimie et l'éveil du Corps de Lumière dans l'ésotérisme chrétien et la kabbale. L'auteur est un astrologue chevronné de l'astrologie traditionnelle indienne de l'Inde (Jyotish en sanskrit), autrement dénommée (abusivement) astrologie védique (nom emprunté par les écoles astrologie ayant fleuri sur la côte ouest-américaine dans les années 1980), ou astrologie hindoue (comme le précise Denis Labouré tous les astrologues qui pratiquaient le système Jyotish en Inde n'étaient pas hindous, mais aussi musulmans, bouddhistes, jaïns...). L'astrologie indienne, Jyotish,  comporte par ailleurs une technique d'étude de la longévité qui utilise un Division Charte précis (DC11) pour explorer cette question de la longévité en déterminant plusieurs facteurs de durée, de cause de la mort, de localisation des époques délicates...
De plus, l'astrologie indienne s'est penchée sur le cheminement spirituel de l'être humain avec la science laissée par les maîtres passés qui ont décrit ces étapes, en se basant sur les influences planétaires du thème, apportant ainsi des indications significatives sur le processus d'évolution spirituelle, développant des symboliques astrales pour décrire ce processus de l'homme terreux à l'homme lumineux
Notons que l'astrologie a toujours été décrétée comme science supérieure à l'alchimie. Une certaine connaissance et étude de l'astrologie, qu'elle soit indienne ou occidentale est donc utile, voire nécessaire. La symbolique astrologiques des planètes notamment, ayant une forte signification et influence dans la pratique de l'Alchimie médiévale. Astrologie et Alchimie sont à l'image du premier texte alchimique qui fût transmis par Hermès Trismégiste, La table d’Émeraude avec sa célèbre  introduction qui établit la correspondance entre le macrocosme et le microcosme : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». En conséquence, les pratiques d'éveil du Corps de Lumière associées à celles de l'Astrologie permettent de développer une approche dénommée Astro-énergétique, qui rejoint l'Astrosophie décrite par Paracelse dans son Liber paramirum: "LE CIEL AGIT EN NOUS, MAIS POUR CONNAITRE L'ESSENCE DE CETTE ACTION, IL FAUT CONNAITRE LE CIEL INTÉRIEUR". L'ensemble de cette approche Astrologie-Astro-énergétique complétée avec les exercices énergétiques transmis par les êtres de Lumière pour apprendre à se connecter et à travailler avec les énergies stellaires, apportent une connaissance par l'expérience de ce qu'est l'ASTROSOPHIE tel que décrite par Paracelse.

La perse secrète, de Georges Térapiano
Un livre qui fait découvrir les secrets méconnus de la voie mystique du Mazdéisme de la spiritualité de la perse antique, et où il y est encore question du Corps de Lumière, par l'éveil et la réalisation de la présence du "Fraveshi" en soi permettant de devenir un être de lumière rayonnant. La présence du feu, perpétuellement maintenu dans les temples depuis des siècles, renvoie à l'alchimie, à l'éveil et à la maitrise de cette flamme intérieure développée par l'effort, tapas, le feu Agni dans les Védas.

Arut Perum Jothi and Deathless Body: A Comparative Study of Swami Ramalingam with Sri Aurobindo and the Mother and Tirumoolar, de Sri T.R.THULASIRAM 
C'est dans lors d'un séjours à Auroville en 2011 que je découvris par hasard ce livre dans les nombreux rayonnages de la paisible bibliothèque des archives d'Auroville au pavillon indien "Bharat Nivas". Interpellé par le titre "Arut Perum Jothi and Deathless Body", c'est un contenu extrêmement instructif qui se révéla à sa lecture, passionnant et riche d'intérêt sur la question de l'immortalité physique, de la transformation du corps, de la dématérialisation du corps physique dans le corps de lumière. Sri T.R. Thulasiram y fait une étude approfondie sur la correspondance entre Swami Ramalingam qui se dématérialisa dans la suprême et vaste lumière de la grâce divine (Arut Perum Jyothi) et l'objectif de supramentalisation du corps et de la matière avec la descente supramentale du yoga intégral de Sri Aurobindo. Sri Aurobindo et Mère ont par ailleurs commenté la réalisation spirituelle de Swami Ramalingam comme authentique mais comme n'étant pas encore l'aboutissement de l'objectif de supramentalisation envisagé par Sri Aurobindo. Cependant dans son étude, T.R. Thulasiram évoque la réalisation de Swami Ramalingam comme étant une préparation à l’œuvre Supramentale accomplit par Sri Aurobindo ultérieurement. Nous découvrons dans cet ouvrage les nombreux apports de la tradition spirituelle des Nayanars, les Saints poètes du Tamil Nadu dont fait partie Vallalar, dans la ligné de Tirumolar. Outre l'aspect très intéressant de cette étude sur ce parallèle entre la réalisation de Vallalar et la réalisation supramentale, l’expérience de la lumière transmise par Swami Ramalingam est possible en l’invoquant et en s'y reliant, et je fis à plusieurs reprises l'expérience en profondeur de cette lumière comme une puissante et solide lumière dorée, apportant une contribution au renforcement et à l'expansion du Corps de Lumière, mais aussi à un soutien puissant dans la pratique du yoga intégral et une profonde transmission dans le corps et aux organes. C'est une expérience dont témoignent aussi d'autres chercheurs qui se mettent en rapport avec Swami Ramalingam et avec le livre écrit par T.R. Thulasiram à son sujet. Tout cela apporte une contribution à la transformation intégrale que la recherche alchimique s'efforce d’atteindre, et l'on peut dire en quelques sorte que c'est une puissante voie d'Alchimie interne que Swami Ramalingam à ouverte, totalement rénovée et révolutionnaire, tout comme par Sri Aurobindo et Mère de façon plus profonde, complète et radicale encore, dans un don de soi, un abandon absolu et intégrale au Divin.

L'Inde secrète, de Paul Brunton
Un des livres évoqués par Jacques La Maya, en échos à l’Égypte secrète du même auteur. Paul Brunton explore ici l'Inde des mystiques et yogis au travers de rencontres les plus étonnantes les unes que les autres. Il y est notamment question d'un yoga de la conquête de la mort avec la rencontre d'un yogi maîtrisant cette technique. Mais devant ces techniques ardues on préférera s'orienter vers le yoga de Sri Aurobindo, en adéquation avec la volonté divine et faisant partir la transformation à partir de l'ouverture et de l'abandon au divin et de l'intégration dans toutes les parties de l'être. Les siddhis ne sont pas développées par des pratiques spéciales ou entretenues avec effort par des techniques de yogas, mais elles découlent de l'abandon au divin, selon sa Volonté. L’ultime siddhis n'est pas d'être un siddha yoga, mais de laisser l’œuvre divine opérer dans le corps physique par la descente supramentale. Paul Brunton a par ailleurs vécu à l'Ashram de Sri Aurobindo à Pondichéry, et a publié des livres sérieux sur la spiritualité dans les années 1960 (entre autre : A la recherche de Soi suprême, La Sagesse du Moi suprême ). Dans cet ouvrage il n'est pas question d'alchimie indienne, pour cela il faut se pencher du côté de Nāgārjuna, alchimiste de l'Inde du IXe siècle auteur des traités influent que sont le Panchakrama et le Râsaratnâkara.

La Lumière sortant par soi-même des Ténèbres, de  Marc-Antonio Crasselame
Ce petit texte en trois chants composé par l'italien Marc-Antonio Crasselame et le commentaire du traducteur en français fait par Bruno de Lansac au 17è siècle comportent un vif intérêt sur un certain état d'esprit nécessaire à la pratique de l'Alchimie.
«Il ne s'agit pas de lire, mais d'entendre ce qu'on lit ; car s'il n'y avait qu'à prendre au pied de la lettre ce que disent les philosophes, que de savants, que d'Hermès, que de Géber il y aurait au monde ! Mais il n'y a eu et il n'y aura qu'un Hermès et qu'un Géber. »
Nous  retrouvons dans le commentaire le développement des bases de la tables d’Émeraude « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.», ainsi que de nombreuses notions alchimiques propre à Paracelse.
Par ailleurs, nous y trouvons des pistes intéressantes concernant le parallèle entre l'Alchimie traditionnelle et la Nouvelle Alchimie hydrique avec une lecture possible éclairante à ce sujet concernant la vraie eau et le véritable Mercure.
De même que l'Alchymista christianus de Pierre-Jean Fabre évoque l’alchimie pour expliquer la Bible, tout comme Arnaud de Villeneuve initiera un rapprochement entre l'alchimie et le christianisme, de même La Lumière sortant par soi-même des Ténèbres de Crasselame se veut une interprétation alchimique de la Genèse. 
L'esprit du texte original et très vivant et mérite de s'en laisser imprégner et d'être le guide d'une méditation attentive.

Aperçu sur la mystique et l'Alchimie, de Thierry Page
Extrait de l'Encyclopédie des Mystique de Marie-Madeleine Davy. Je recommande la lecture de ce texte, à mon sens indispensable pour toute entrée en la matière dans le domaine de l'Alchimie.  Préfigure l'état d'esprit pour toute pratique de l'Alchimie.  Un texte fondateur de l'engagement et de l'initiation dans l'Art Alchimique et de l'esprit nécessaire à sa transmission.
 A partir de ce court extrait de texte, il sera possible de définir quelques points importants dans le corps des doctrines alchimiques, notamment ce qui concerne la création du monde et la nécessité de l'œuvre alchimique. On peut noter tout d'abord que l'adepte présente ici une genèse de la Pierre Philosophale, genèse d'autant plus complète qu'elle est DITE. En effet, et c'est là le premier point important, l'alchimiste est un homme qui parle, par nécessité, pour répondre à la fois à un vœu de Dieu et aux besoins des hommes. Il parlera car la création sera incomplète tant que l'homme ne l'aura pas dite. La tâche de l'alchimiste est très précisément de poursuivre la création en la comprenant (la prenant en lui) afin de la conduire à son terme. Mot pris dans son double sens d'achèvement et d'élément de parole : achèvement par la parole. Aperçu sur la mystique et l'Alchimie

A suivre...

Sylvère