Pourquoi ce site?

Aperçu


Évolumière...

Évolution et Lumière, évolution dans la lumière et par la lumière!

La création de ce site part du constat que chaque chercheur sur le chemin de l'évolution spirituelle est un trouveur potentiel ou effectif, pouvant dans un partage sincère de ses expériences, accomplir des ouvertures pour d'autres consciences en développement... Lire la suite

31/12/2020

Le philosophe est en exil

 

Dessin d'après gravure d'Enea Vico. Théodore le philosophe est représenté assis à terre devant un panier dans lequel il dispose des herbes. Théodore de Cyrène (Θεόδωρος), dit Théodore l'Athée ou Théodore le Divin (v. -340 - v. -250), est un philosophe de la Grèce antique, à ne pas confondre avec un autre Théodore de Cyrène, mathématicien du siècle précédent  (dont Platon suivit les leçons). Surnommée l'Athée, disciple d'Aristippe, lui même disciple de Socrate, Théodore redéfinit une philosophie de l' hédonisme qui se caractérise par la « joie » réfléchie et détachée du sage plutôt que par le plaisir. Cette doctrine conduit donc à une sagesse dans la maturité et la plénitude d'être au monde. Théodore figure, comme Diagoras, Hippon, Prodicus, Critias ou encore Evhémère, sur les listes traditionnelles d'athées,. philosophes dont la vertu a paru si admirable à S.Clément d'Alexandrie, qu'il a voulu en décorer la religion et en faire autant de théistes, quoique l'antiquité les reconnaisse pour Athées décidés.

 



     Après de telles considérations, on ne s'étonnera pas du fait que je parle des philosophes préplatoniciens comme d'une société cohérente, et que j'aie l'intention de leur consacrer entièrement cet ouvrage. Platon représente le début de quelque chose de tout à fait nouveau ; ou, comme il est tout aussi juste de le dire, depuis Platon, il manque aux philosophes quelque chose d'essentiel lorsqu'on les compare à cette République des génies qui va de Thalès à Socrate. Si l'on veut être malveillant à l'égard de ces vieux maîtres, on peut dire d'eux qu'ils sont bornés, et de leurs épigones, Platon en tête, qu'ils sont plus complexes. Il serait plus juste et plus impartial de voir dans ces derniers des philosophes hybrides et dans les premiers les types purs. Platon lui-même fait figure de premier grand hybride, et cela est inscrit aussi bien dans sa personnalité que dans sa philosophie. Sa doctrine des Idées rassemble des éléments socratiques, pythagoriciens et héraclitéens ; c'est pourquoi il ne représente pas un type pur. Et même jusque dans sa personnalité se mêlent les traits caractéristiques de la distance et de la sérénité royales d'Héraclite, de la compassion mélancolique du législateur Pythagore, et de la dialectique de Socrate, le connaisseur d'âmes. Tous les philosophes ultérieurs sont des hybrides comme lui ; et lorsque apparaît parmi eux quelque caractère taillé d'un seul bloc, comme les Cyniques, il ne s'agit pas d'un type, mais d'une caricature. Mais il importe bien davantage qu'ils soient des fondateurs de sectes, et que les sectes qu'ils ont créées aient été dans leur ensemble des foyers d'opposition à la civilisation grecque et à l'unité de style qu'elle avait conservée jusque-là. Ils cherchent à leur manière une rédemption mais seulement pour quelques individualités ou tout au plus pour quelques groupes proches d'amis et de disciples. L'activité des philosophes plus anciens, même s'ils n'en étaient pas conscients, débouche sur un salut commun et une purification générale; le cours puissant de la civilisation grecque ne doit pas être interrompu et de terribles dangers doivent être écartés de sa route : le philosophe protège et défend sa patrie. Or, désormais, depuis Platon, le philosophe est en exil et conspire contre sa patrie.

 

 

Friedrich Nietzsche

La philosophie à l'époque tragique des Grecs , 2.